1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Arrestation d'un homme à Douvres après l'attentat de Londres
Reuters16/09/2017 à 13:25

ATTENTAT DE LONDRES: ARRESTATION D'UN HOMME À DOUVRES

par Kate Holton

LONDRES (Reuters) - La police britannique a annoncé avoir arrêté samedi matin un jeune homme de 18 ans à Douvres, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a visé un train de banlieue vendredi matin à Londres et fait 30 blessés.

L'arrestation, qualifiée d'importante par la police, a été faite dans la zone portuaire de Douvres, située en face de la ville française de Calais. Elle a été effectuée dans le cadre de la législation anti-terroriste, après le déploiement de militaires et de policiers dans le cadre d'une chasse à l'homme.

La Première ministre britannique, Theresa May, a annoncé que le degré d'alerte à la sécurité avait été relevé de "grave" à "critique", le niveau maximal, ce qui signifie qu'un nouvel attentat est peut-être imminent.

"Nous avons procédé à une importante arrestation dans le cadre de notre enquête, ce matin", a annoncé Neil Basu, coordinateur des services antiterroristes britanniques.

"Si nous sommes ravis des progrès enregistrés, l'enquête n'en continue pas moins et le degré d'alerte à la sécurité est maintenu au niveau critique", a-t-il ajouté.

Des militaires ont été déployés dans les sites stratégiques, samedi au Royaume-Uni, notamment dans les centrales nucléaires, dans le but de libérer des policiers pour mener une chasse à l'homme après l'attentat.

Vendredi matin à l'heure de pointe, 30 personnes ont été blessées par une bombe qui a, apparemment, fait long feu, dans un train de banlieue à station Parsons Green de Londres, dans le sud-ouest de la capitale. Les blessés ont souffert de brûlures, ainsi que de contusions dues à la bousculade, mais aucun n'est dans un état grave, selon les services de santé.

DAVANTAGE DE POLICIERS ARMES DANS LES RUES

L'attentat a été revendiqué par l'Etat islamique, via le canal de son organe de propagande, Amaq.

Cet attentat a conduit le gouvernement à prendre la décision, rare, de déployer des militaires sur les sites jugés stratégiques.

"Durant cette période, des militaires vont remplacer des agents de police de faction dans certains sites protégés", a expliqué Theresa May dans une déclaration télévisée.

"La population va voir davantage de policiers armés dans le réseau des transports et dans nos rues(...), ce sera une mesure proportionnée qui rassurera un peu plus et permettra d'assurer une meilleure protection, le temps que l'enquête fasse son chemin", a-t-elle ajouté.

Le Royaume-Uni avait, avant l'attentat de vendredi, déjà connu depuis le début de l'année quatre attaques traitées par la police comme des actes terroristes. Elles ont fait 36 morts au total, sans compter les assaillants.

En mars à Londres, un homme a foncé sur des piétons sur le pont de Westminster, tuant quatre personnes avant de poignarder à mort un policier en faction devant le Parlement. En mai, un attentat suicide à la bombe à l'issue d'un concert pop à Manchester a fait 22 morts.

En juin, trois islamistes ont foncé sur des piétons sur le London Bridge avant de poignarder au hasard des clients de bars ou restaurants, faisant huit morts. En juin également, un homme au volant d'une camionnette a foncé sur des fidèles musulmans, tuant une personne.

L'Etat islamique a revendiqué trois de ces attentats dont celui de Manchester.

En juillet 2005, 52 personnes avaient péri dans des attentats suicides commis par des djihadistes dans trois rames du métro de Londres et un autobus.

(Nicolas Delame, Jean-Stéphane Brosse et Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pouvillo
    16 septembre16:19

    Le terroriste migrant s'apprêtait à retourner dans son camp de migrants à Calais ! Migrants terroristes d'ailleurs protégés par les pseudos associations humanitaires de Calais responsables des attentats en France...et protégés par les politiciens locaux ! Cherchez l'erreur !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer