Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Arnaud Montebourg visite aussi des sites qui vont bien

Reuters05/10/2012 à 01:50

ARNAUD MONTEBOURG VISITE AUSSI DES ENTREPRISES EN BONNE SANTÉ

par Jean Décotte

FIGEAC, Lot (Reuters) - Entre des hauts-fourneaux qui s'éteignent, des chaînes automobiles qui s'arrêtent et des entreprises qui dégraissent, Arnaud Montebourg est souvent dépeint comme le "ministre des usines qui ferment".

Le ministre du Redressement productif a donc tenu jeudi à démontrer qu'il s'occupait aussi des entreprises en bonne santé qui ont, elles, des problèmes de financement et de recrutement.

Après avoir récusé dimanche le qualificatif de "ministre des plans sociaux", il s'est rendu jeudi à Figeac, auprès d'un vivier de sous-traitants et d'équipementiers qui surfent sur la vague des commandes aéronautiques.

En marge des Rencontres de la "Mecanic Vallée", il a promis la visite du médiateur de la sous-traitance auprès de ce groupement de 200 entreprises qui emploient quelque 15.000 personnes, et a insisté sur le fait que le gouvernement comptait aider aussi les sociétés qui vont bien.

"Le médiateur de la sous-traitance aura pour objectif d'aller sur le terrain, de regarder les problèmes entreprise par entreprise. Pas seulement là où ça va mal, quand une entreprise a des problèmes", a-t-il déclaré lors d'un discours

"Bien sûr qu'il faut s'occuper des entreprises qui vont mal. On m'en fait souvent le reproche, je dis: je n'ai pas pour habitude de laisser ceux qui vont mal sans soutien et de ne m'occuper que des bien portants. Il faut s'occuper de tout le monde !"

UN ÉTAT "ACCOMPAGNATEUR BIENVEILLANT"

De fait, pour les entreprises de la "Mecanic Vallée", implantées entre Brive-la-Gaillarde (Corrèze) et Rodez (Aveyron) et spécialisées dans l'aéronautique, l'automobile ou les machines-outils, la préoccupation est moins la sauvegarde de l'emploi que le financement et le recrutement.

"Il faut que nos sociétés puissent investir, qu'elles aient un outil de production dernier cri, de manière à pouvoir répondre au pied levé aux demandes", a indiqué Marc Gomez, chef d'entreprise et président de la Mecanic Vallée, qui voit d'un bon oeil la création prochaine de la Banque publique d'investissement (BPI).

"Nous avons et nous aurons besoin de beaucoup plus de financement. L'innovation, ça coûte de l'argent. Pour nos petites entreprises qui ont une taille autour de cinquante personnes, c'est toujours difficile."

Pour ce patron de PME, l'autre problème de la filière est le manque de personnel qualifié disponible sur le marché: chaudronniers, plieurs, soudeurs... Il a fait état de plus de 300 postes à pourvoir dans toute la Mecanic Vallée.

Face à ces doléances, Arnaud Montebourg a promis que l'Etat serait un "accompagnateur bienveillant", notamment via la BPI.

"Nous allons créer un service public bancaire qui va créer l'alternative dans la prise de risque", a dit le ministre.

"Une banque plus patiente, moins gourmande, c'est aujourd'hui ce dont l'industrie a besoin. L'industrie travaille sur le long terme, elle a besoin de partenaires solides, fiables, qui ne se retournent pas au premier problème de trésorerie."

Symbole de sa volonté d'être aussi le ministre des usines qui croissent, Arnaud Montebourg a tenu à définir devant ses interlocuteurs l'intitulé de son portefeuille.

"Le redressement productif, c'est le redressement des emplois industriels. C'est le retour du produire en France. Parce que nous savons produire en France, nous avons de grandes capacités, vous le démontrez à travers cette Mecanic Vallée", a-t-il dit.

"Nous sommes chargés de reconstruire une base industrielle, nous le ferons pierre après pierre. Quand il y a des entreprises en croissance, qui embauchent, créent de la valeur, inventent des processus technologiques, relocalisent de la recherche et développement, il faut les en remercier", a-t-il ajouté devant la presse.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.