Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Arnaud Montebourg ne veut plus de Mittal en France

Reuters26/11/2012 à 17:14

ARNAUD MONTEBOURG NE VEUT PLUS DE MITTAL EN FRANCE

PARIS (Reuters) - L'entourage de Lakshmi Mittal s'est dit lundi choqué par les propos tenus par Arnaud Montebourg, qui a durci le bras de fer engagé sur l'avenir de Florange (Moselle) en indiquant que le groupe sidérurgique indien n'était plus le bienvenu en France.

De source proche du dossier, on a appris que le président d'ArcelorMittal serait reçu mardi à l'Elysée par François Hollande pour discuter de l'avenir du site lorrain.

"Nous sommes particulièrement choqués par ce qu'a dit M. Montebourg", a déclaré une source proche de l'homme d'affaires indien. "Ce sont des déclarations assez violentes à l'égard d'un groupe qui emploie 20.000 personnes en France", a-t-on ajouté.

Cité lundi dans Les Echos, le ministre du Redressement productif a stigmatisé les mensonges "accablants" du groupe indien depuis qu'il a repris Arcelor en 2006.

Il a confirmé qu'il travaillait sur un "projet de nationalisation transitoire" de Florange, à cinq jours de l'expiration du délai accordé au gouvernement pour trouver un repreneur aux deux hauts fourneaux et à l'aciérie du site mosellan, qu'ArcelorMittal veut fermer.

"Le problème des hauts fourneaux de Florange, ce n'est pas les hauts fourneaux de Florange, c'est Mittal", dit-il, alors que le groupe refuse de céder l'activité transformation de l'acier, comme le réclame le gouvernement, pour faciliter la recherche d'un repreneur.

"Nous ne voulons plus de Mittal en France parce qu'ils n'ont pas respecté la France", déclare encore Arnaud Montebourg, ajoutant, en référence à la fermeture d'un autre site lorrain, celui de Gandrange, que "les mensonges de Mittal depuis 2006 sont accablants" et qu'il n'a "jamais tenu ses engagements" vis-à-vis de l'Etat français.

BORLOO PARLE DE REPRENDRE "TOUT MITTAL"

Selon Les Echos, l'idée du ministre, qui a fait état de deux offres sur l'ensemble de Florange, "serait une association avec un industriel, minoritaire, le temps de stabiliser l'activité" à Florange.

En déplacement à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), où il visitait une unité de production de verre Duralex, il a précisé que l'opération se ferait sans coût pour l'Etat.

"Nous faisons la proposition de prendre le contrôle de façon temporaire à coût nul pour les finances publiques. Tout argent investi fera l'objet d'une recette ultérieure quand (Florange) sera revendu, en conséquence de quoi les finances publiques n'auront pas à supporter le moindre coût", a-t-il dit.

Sur France Inter, l'ancien ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a apporté son soutien à l'idée d'un "contrôle public transitoire" de Florange, dans le cadre d'une réorganisation de la filière sidérurgique française.

"L'idée qui consiste à dire la filière française sidérurgique doit vivre - il y a 2.200 personnes sur le site, 22.000 (chez ArcelorMittal) en France et la filière globale c'est 75.000 - et que l'Etat, avec le FSI, avec des partenaires comme Eramet, Ascometal, réfléchisse à un contrôle public transitoire (...) ne me paraît pas inadaptée", a-t-il dit.

Pour le président du nouveau parti centriste UDI, la condition est "de reprendre toute la sidérurgie, tout Mittal et pas simplement la partie en difficulté."

Sur France 2, la présidente du Front national Marine Le Pen a reproché à Arnaud Montebourg sa "déclaration à l'emporte-pièce" contre Mittal, mais a "applaudi" sa volonté de "nationaliser à titre temporaire une activité que je crois stratégique pour notre pays."

"C'est rare que nous soyons d'accord, mais là-dessus effectivement nous sommes d'accord", a-t-elle déclaré, ajoutant : "Mais il l'a dit pour une raison simple : c'est qu'il sait que son gouvernement l'empêchera de le faire."

Les syndicalistes du site de Florange appuient également la démarche d'Arnaud Montebourg.

"Est-ce que le gouvernement aura le courage d'aller au bout de la démarche ?", demande Frédéric Weber, membre de la CFDT et porte-parole de l'intersyndicale. "Ce qui est sûr, c'est qu'avec Mittal, on est mort."

Une délégation de l'intersyndicale sera reçue mercredi à Paris par Arnaud Montebourg et se rendra ensuite à l'Assemblée nationale.

En affirmant que Mittal n'est pas le bienvenu en France, Arnaud Montebourg franchit un nouveau pas dans son bras de fer avec le groupe sidérurgique.

Jeudi dernier, devant les sénateurs, le ministre avait accusé ArcelorMittal d'être "aujourd'hui redevable aux yeux de l'administration fiscale française d'une dette fiscale que nous considérons astronomique".

ArcelorMittal avait apporté un démenti catégorique à ces accusations.

Yann Le Guernigou, avec Mourad Guichard dans le Loiret, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.