1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Arnaud Mimran, un des escrocs à la taxe carbone, poursuivi pour blanchiment
Le Point02/10/2017 à 08:55

Fils d'un ingénieur du BTP, Arnaud Mimran avait lui-même fait fortune en créant une entreprise dans le même secteur.

Son nom est revenu maintes fois, au cours de ces dernières années, aux oreilles des policiers spécialisés dans la lutte contre la grande délinquance financière. Arnaud Mimran, 45 ans, surnommé le Golden Boy, a été mis en examen, dans ce dossier de trafic de cocaïne et de corruption, pour avoir cédé, à la fin de l'année 2014, via un intermédiaire, plusieurs dizaines de milliers d'actions d'une société américaine, Cassidy Ventures Inc, à Kamel Berkaoui. Une transaction boursière d'un montant de près de 200 000 euros qui lui vaut d'être aujourd'hui poursuivi pour des faits de blanchiment en bande organisée.

Le juge d'instruction en charge de cette affaire, Benoist Hurel, a estimé que cette opération financière avait été réalisée avec le fruit du trafic de drogue. Une appréciation contestée par Arnaud Mimran, qui purge actuellement une peine de 8 ans de prison pour son implication dans le détournement de 283 millions d'euros sur le marché des quotas d'émission de CO2. Cette escroquerie, qui a prospéré entre 2008 et 2009, consistait à acheter des quotas d'émission de CO2 hors taxe dans un pays étranger, avant de les revendre en France à un prix incluant la TVA, puis d'investir les fonds dans une nouvelle opération. La TVA, elle, n'était jamais reversée à l'État.

Spolié

Selon nos informations, l'homme d'affaires, père de six enfants, a soutenu devant le juge d'instruction tout...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer