Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

AREVA

4.50EUR
0.00% 
Ouverture théorique 2.00

FR0011027143 AREVA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    0.00

  • clôture veille

    4.50

  • + haut

    0.00

  • + bas

    0.00

  • volume

    0

  • valorisation

    1 724 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    14.08.17 / 17:35:18

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    4.05

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    4.95

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter AREVA à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter AREVA à mes listes

    Fermer

Areva veut "sortir du cercle vicieux du surendettement"

Reuters26/11/2014 à 12:36

* Pas de problème de trésorerie à court terme-DG délégué * Un plan global prévu d'ici à février * De nouveaux efforts de compétitivité nécessaires * Renforcement en vue des partenariats en Asie (Actualisé avec déclaration sur l'emploi en France §12) par Benjamin Mallet PARIS, 26 novembre (Reuters) - Areva AREVA.PA n'a pas de problème de trésorerie à court terme mais doit travailler sur sa stratégie et sa structure financière à moyen terme pour sortir du "cercle vicieux du surendettement", a déclaré mercredi son directeur général délégué Philippe Knoche. Le groupe d'énergie nucléaire, dont l'Etat français contrôle près de 87% du capital, a annoncé le 18 novembre la suspension de ses objectifs financiers pour 2015 et 2016, ce qui a soulevé la question de son éventuelle recapitalisation. ID:nL6N0T84O3 et ID:nL6N0T919Q Standard & Poor's a dans la foulée abaissé les notes de la dette d'Areva, maintenant une perspective "négative" sur le groupe en raison des incertitudes sur le niveau de sa consommation de trésorerie en 2014 et en 2015. ID:nL6N0TA5MX "Le groupe ne fait pas face à un problème de trésorerie à court terme. Nous disposons de plus de 2 milliards d'euros de trésorerie en banque, qui sont en face de 7 milliards de dettes brutes, mais il n'y a aucun sujet de trésorerie à court terme", à déclaré Philippe Knoche lors d'une audition à l'Assemblée nationale. "Pour le moyen terme, néanmoins, il convient de se mettre dès aujourd'hui (...) au travail pour sortir du cercle vicieux du surendettement", a-t-il ajouté. L'endettement financier net total de la société s'élevait à 4.734 millions d'euros au 30 juin, contre 4.468 millions à la fin 2013. Selon les données Thomson Reuters, Areva devra faire face à 1,25 milliard d'euros de dettes arrivant à échéance en 2016, représentant près de 20% de sa dette encore en circulation. Philippe Knoche a rappelé que le groupe avait déjà réduit ses coûts et ses investissements au court des dernières années mais que ces efforts ne suffisaient plus et qu'il travaillerait d'ici à février 2015 à un plan complet de moyen terme passant par un renforcement de ses efforts de compétitivité et une révision de sa structure financière. PRESSIONS, CONCURRENCE ET MARCHÉS DÉGRADÉS "Dans ces axes de travail, il y a le développement encore plus fort de nos partenariats avec l'Asie et avec les pays en croissance puisqu'il y a une demande forte, à la fois dans le nucléaire et les renouvelables sur ces zones-là", a-t-il ajouté. "Le deuxième point est de gagner en compétitivité et en flexibilité. Nous réalisons un tiers de notre chiffre d'affaires en France, nous avons plus de la moitié de nos effectifs en France, c'est une fierté, mais (...) que ce soit en France ou à l'international nous sommes soumis à des pressions et de la concurrence forte dans des marchés dégradés." Areva employait environ 45.000 personnes à fin 2013. Interrogé sur l'impact du plan à venir sur l'emploi en France, Philippe Knoche a dit : "Nous avons quelques chantiers à ouvrir, ils sont connus des organisations syndicales, nous en discuterons avec la tradition du dialogue social qui est celle du groupe Areva (...) Ça sera bien entendu spécifique à chacune des activités en France, tout en tenant compte de la situation globale du groupe." Le dirigeant a ajouté que la gestion des grands projets, qu'il s'agisse de l'EPR finlandais ou de celui de Flamanville (Manche), était aussi "l'un des enjeux forts de l'entreprise". Confronté aux retards et surcoûts du chantier du réacteur EPR finlandais et au glissement du calendrier de redémarrage des centrales nucléaires au Japon, Areva subit également les effets d'un marché en berne pour les services aux centrales existantes et les nouvelles constructions de réacteurs. Philippe Knoche s'est vu confier en octobre à titre provisoire les responsabilités qui étaient celles du président du directoire d'Areva, Luc Oursel, indisponible pour raisons de santé. Il est pressenti pour devenir directeur général d'Areva dans le cadre de la nouvelle gouvernance du groupe, l'Etat ayant en outre choisi Philippe Varin pour assurer la présidence du futur conseil d'administration de la société. ID:nL6N0T45BZ et ID:nL6N0TB3G2 L'action Areva recule de 0,4% à 9,76 euros à 11h30. (Edité par Dominique Rodriguez)

Valeurs associées

0.00%
EDF
-4.14%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.