Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Aquarius: la France veut prouver que la solidarité peut marcher en Europe

AFP31/08/2018 à 08:54

Des réfugiés du navire humanitaire Aquarius arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, au nord de Paris, le 30 août 2018 ( AFP / ALAIN JOCARD )

La France, qui a accueilli jeudi un nouveau groupe de réfugiés de l'Aquarius, veut faire la preuve que la solidarité avec les pays d'arrivée des migrants peut marcher en Europe, même s'il n'est pas question d'ouvrir les ports français aux navires humanitaires.

Deux semaines après avoir débarqué à Malte, les 59 réfugiés sont arrivés jeudi à l'aéroport de Roissy (région parisienne) par charter et ont immédiatement rejoint des centres d'accueil dans des régions françaises.

Cette opération est la cinquième depuis juin, lorsque le navire humanitaire Aquarius avait erré une semaine en Méditerranée après le refus du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini de le laisser accoster. Une dizaine de pays ont accepté depuis de se répartir une partie des migrants arrivés dans des ports méditerranéens, dont 260 en France.

Mais il s'agit d'accords au cas par cas et le bras de fer se poursuit en Europe.

Pour débloquer la situation, Paris plaide pour un "mécanisme européen pérenne" de répartition. "L'idée est de ne pas rester à onze ou douze mais d'avoir de plus en plus de pays qui participent", a indiqué la présidence française la semaine dernière.

L'opération de jeudi vient "illustrer ce mécanisme", consistant en "un système de prise en charge des réfugiés à l'arrivée dans les ports du sud de l'Europe", explique Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

le navire humanitaire Aquarius à Malte, le 15 août 2018 ( AFP/Archives / Matthew Mirabelli )

Dans cette démarche, Paris entend jouer un rôle moteur, à la fois dans les négociations et l'application des accords de répartition, en étant le premier à mettre en oeuvre les engagements pris - les réfugiés de l'Aquarius sont arrivés en France deux semaines après le débarquement à Malte.

Alors que l'Italie se plaint amèrement d'avoir été, pendant la crise migratoire de 2015-2016, laissée seule face aux arrivées par ses voisins européens et notamment par Paris, il s'agit de montrer que les enseignements du passé ont été tirés.

- "Contradiction" -

Le mécanisme défendu par la France découle de l'accord qu'elle a poussé au sommet européen du 28 juin, autour du principe de "centres contrôlés" où une distinction serait faite "rapidement" entre migrants irréguliers d'une part, et demandeurs d'asile à répartir dans l'Union européenne (UE) "sur une base volontaire" d'autre part.

Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle à Helsinki, en Finlande, le 30 août 2018 ( AFP / Jacques Witt )

"Les personnes ne relevant pas du droit au séjour doivent être reconduites", ajoute M. Brice, en soulignant la nécessité d'"aider les pays d'arrivée" dans cette tâche.

Car expulser est compliqué. Ne pas le faire alimente les discours populistes. Ce volet délicat des déboutés "est d'ailleurs la raison pour laquelle la France refuse d'accepter elle-même des débarquements", estime Pierre Henry, le patron de l'association France terre d'asile.

Le président français Emmanuel Macron l'a dit fin juin: "la France n'ouvrira pas de centres de ce type car elle n'est pas un pays de première entrée". Le droit de la mer prévoit en effet que les navires doivent débarquer dans le "port sûr le plus proche", ce qui place en première ligne l'Espagne, la Grèce et l'Italie.

Rome a défendu jeudi auprès de ses partenaires l'idée d'une rotation des ports européens d'accueil des migrants secourus dans le cadre de la mission Sophia.

Mais pour M. Henry, la position française semble difficilement tenable: "la France doit montrer l'exemple, si elle ne le fait pas on est dans une impasse et on laisse Salvini dicter le dossier à l'ensemble de l'Europe".

Il y a là une "contradiction", abonde Jérôme Fourquet, de l'Institut français d'opinion publique (Ifop), qui souligne qu'"on fait la leçon à Salvini mais on est bien content que la géographie ait placé les côtes françaises en deuxième ligne".

"L'opinion française reste majoritairement opposée à l'accueil", souligne M. Fourquet: mi-août, 41% seulement des personnes sondées par l'Ifop étaient favorables à l'idée d'accepter l'Aquarius.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.