Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Après Moody's, Paris et Berlin donnent le change

Reuters20/11/2012 à 20:40

PARIS ET BERLIN MINIMISENT LA PORTÉE DE LA NOTE DE MOODY'S

par Marc Joanny

PARIS (Reuters) - Paris et Berlin se sont efforcés mardi de donner le change après la dégradation de la note souveraine de la France par l'agence Moody's, dans un contexte d'inquiétude sur les divergences de performance et de vision de l'UE de part et d'autre du Rhin.

Lors d'une conférence de presse convoquée au lendemain de l'annonce par l'agence internationale de l'abaissement de "Aaa" à "Aa1" de la note souveraine de long terme, le ministre français de l'Economie Pierre Moscovici a estimé qu'il n'y aurait pas de "perte de confiance entre la France et l'Allemagne".

Son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, a abondé dans le même sens : "La note de la France est toujours stable et il ne faut pas dramatiser ceci de manière excessive".

Des déclarations faites à quelques heures d'une réunion de l'Eurogroupe décisive pour le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide internationale à la Grèce et de dissensions entre les bailleurs de fonds du secteur public du pays sur les modalités d'allègements de sa dette.

Le retour sur le devant de la scène du dossier grec et les atermoiements sur une aide à l'Espagne ont souligné, s'il en était besoin, que la page de la crise de l'euro n'était pas vraiment tournée.

Le report par le Fonds européen de stabilisation financière (FESF) d'une émission de nouvelles euro-obligations à trois ans après le déclassement de la note de la France a aussi souligné la sensibilité des mécanismes européens de sauvetage à la qualité de signature de leurs garants.

Wolfgang Schäuble n'a toutefois pas manqué de souligner que la décision de Moody's sonnait comme un rappel à l'ordre.

"Nous avons appris hier soir que notre partenaire le plus important avait reçu un léger avertissement d'une agence de notation", a dit le ministre allemand des Finances.

DIVERGENCES STRUCTURELLES

Des propos qui font écho à l'impatience grandissante des dirigeants allemands devant la lenteur des réformes en France.

"C'est une question de temps. La France a un problème de compétitivité, les marchés traditionnels de la France sont sous pression", a ainsi déclaré un haut responsable allemand.

Pour l'Allemagne, les réformes en France auraient dû être menées "hier", a-t-il ajouté, jugeant le pacte de compétitivité de 20 milliards d'euros annoncé par le gouvernement français trop timide par rapport aux hausses d'impôts annoncées.

"Augmenter les impôts ne suffit pas. Il y a des entreprises qui doivent décider si elles vont quitter la France au cas où les conditions de compétitivité ne seraient pas restaurées."

Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault lors de son déplacement à Berlin pour y présenter ce "pacte de croissance, de productivité et d'emploi" avait recueilli les souhaits de "plein succès" d'Angela Merkel, qui s'était toutefois refusée à porter une appréciation sur la politique menée à Paris.

Si le tournant amorcé par l'exécutif français six mois après son arrivée au pouvoir a été largement salué, les mesures annoncées apparaissent encore très en retrait par rapport aux recommandations adressées à Paris aussi bien par la Commission européenne que par le FMI en matière de réformes structurelles.

Pour Eric Chaney, chef économiste d'Axa IM, le déclassement de la dette française est "tout à fait positif car il augmente la pression sur les autorités françaises". De ce point de vue, "il a sans doute été bien perçu à Berlin", note-t-il.

"C'est toutefois un élément assez mineur par rapport à la question des divergences structurelles entre la France et l'Allemagne dont les intervenants de marché prennent de plus en plus conscience et qui, si elles ne sont pas traitées, menacent la stabilité de l'union monétaire", estime-t-il.

"Ces divergences structurelles sont fondamentales et portent sur la perte de compétitivité de la France qui a été enrayée mais pas corrigée et sur la différence de trajectoire des dettes publiques des deux pays sans précédent depuis trente ans", prévient Eric Chaney.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.