Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Après l'électrochoc, la droite cherche les voies de sa survie

Reuters24/04/2017 à 15:59

APRÈS L'ÉLECTROCHOC, LA DROITE CHERCHE LES VOIES DE SA SURVIE

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - La bataille idéologique fait rage à droite après la défaite de François Fillon qui relance les hostilités entre modérés et "droitiers" pour les élections législatives, dont certains attendent un sursaut, voire une cohabitation.

Au lendemain du "choc" de l'élimination du premier tour de la présidentielle, les responsables des Républicains se réunissaient lundi pour tirer les enseignements d'un "gâchis".

Les 17 membres du comité politique, instance exclusivement consultative créée par François Fillon lui-même en novembre dernier après sa victoire à la primaire, ont entamé cette journée de discussions aux accents de règlements de comptes.

Alain Juppé, qui ne participait pas à la réunion, a donné de Bordeaux le ton de la journée : "Il y a au moins deux raisons à cet échec : la première, et il l'a lui-même reconnu, c'est évidemment la personnalité de notre candidat. (...) La deuxième, c'est aussi la ligne politique."

François Fillon, qui n'a rien dit de son avenir dimanche soir après avoir endossé la responsabilité de la débâcle, devrait se rendre à la réunion du bureau politique de LR, l'instance exécutive, prévue à 17h00.

Le comité "proposera au bureau politique de soutenir une position claire et de rassemblement" en vue du second tour de la présidentielle, qui opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen, a annoncé le président de l'instance, Gérard Larcher, après plus de deux heures de réunion.

DÉBAT SUR LA LIGNE

Le président du Sénat a ainsi jeté un voile policé sur les escarmouches qui ont commencé dès dimanche soir entre les nombreux partisans du front républicain, qui ont appelé à voter Emmanuel Macron - François Fillon le premier -, ceux qui, comme Laurent Wauquiez, invitent à "ne pas voter pour Marine Le Pen", ceux qui comme "Sens commun" ou Eric Ciotti refusent de se prononcer, et ceux qui défendent encore le "ni ni", ni FN ni front républicain, en d'autres mots l'abstention.

Nadine Morano, qui n'est pas membre du comité politique, s'est invitée lundi matin pour dire son refus "d'appeler à voter Emmanuel Hollande".

Ce débat récurrent entre l'aile modérée et le flanc droitier du parti reprend de la vigueur, malgré les appels à l'unité, sous l'effet des joutes déjà à l'oeuvre pour le "leadership" de la droite et de la campagne des législatives des 11 et 18 juin, avec les sarkozystes et leur mentor à la manoeuvre.

"On voit bien les arrière-pensées qui pourraient être celles des uns et des autres à courir si vite aux échéances suivantes. Mais on a un deuxième tour de la présidentielle, c'est important", a dit Nathalie Kosciusko-Morizet à la presse.

"L'heure n'est pas vraiment venue de se choisir un chef. L'heure est au collectif", a renchéri Jean-François Copé.

Nicolas Sarkozy, qui ne s'est toujours pas exprimé publiquement, a convié lundi à déjeuner dans ses bureaux parisiens Brice Hortefeux, François Baroin, Laurent Wauquiez, Eric Woerth ou encore Christian Jacob, a-t-on appris de source proche de LR. Mardi matin, les "sarkozystes" se réuniront pour leur petit-déjeuner rituel dans un restaurant parisien.

"VALEURS ÉTRIQUÉES"

Le "sarkozyste" Gérald Darmanin, qui avait démissionné du secrétariat général de LR pour marquer son désaccord avec le maintien de François Fillon malgré sa mise en examen, déplore dans Le Parisien "une défaite personnelle de François Fillon et d'une ligne politique trop peu à l'écoute des aspirations populaires". Il met en cause un "rétrécissement" de la ligne sur les "seules bases bourgeoises et conservatrices".

Christian Estrosi a dénoncé une "campagne totalement dénaturée par ceux qui parmi les proches de François Fillon ont essayé de radicaliser".

Le "juppéiste" Jean-Pierre Raffarin a souhaité que le projet président soit "recentré" et "amendé" en vue des législatives.

La campagne ne peut se faire sur "des valeurs étriquées", a estimé pour sa part sur RMC Thierry Solère, soutien de Bruno Le Maire pour la primaire. "La campagne de François Fillon depuis deux mois, ça n'a pas été de s'élargir, ça a été de se resserrer sur un corps d'électorat qui a été de plus en plus petit et à la fin on voit le résultat", a-t-il ajouté.

François Fillon a recueilli 19,91% des voix contre 27,18% pour Nicolas Sarkozy au premier tour du scrutin de 2012.

"La question est de savoir si demain il y aura à droite une composante humaniste, libérale et européenne qui pourra peser pleinement de son poids", a dit Alain Juppé à la presse, alors que des soutiens comme Edouard Philippe ont appelé à "aider" le candidat d'En Marche! dans la campagne d'entre-deux-tours.

Selon une enquête Ipsos/Sopra Steria, 17% des électeurs qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy en 2012 ont choisi Emmanuel Macron dimanche et 14% se sont tournés vers Marine Le Pen.

Un tiers de l'électorat de François Fillon (33%) se dit prêt à voter pour la candidate d'extrême droite au second tour contre 48% pour l'ancien ministre de François Hollande. Dix neuf pour cent ne se prononcent pas.

"L'élection de Mme Le Pen, dont tout le monde fait comme si elle était impossible, je ne crois absolument pas cela", a averti le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde sur CNEWS.

(Avec Myriam Rivet et Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • alain..c
    24 avril17:23

    le biniou, le goupillon et la calotte, drôle d'équipage

    Signaler un abus

  • sidelcr1
    24 avril16:43

    Il faudrait déjà trouver des gens intègres , ce serait déjà un bon départ mais ça va être dur .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.