1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Apprenez à cultiver bio en Bretagne
Le Parisien31/12/2018 à 11:09

Apprenez à cultiver bio en Bretagne

À partir de ce mardi, la vente de pesticides sera interdite aux particuliers en France. Dans le Finistère, l'association interprofessionnelle Maison de la bio, à Logonna-Daoulas, couplée avec le Groupement des agriculteurs bio du Finistère (GAB 29), dispense des formations depuis des années déjà. Dans tout l'Ouest, elle s'adresse aux collectivités, aux agriculteurs et aux citoyens souhaitant changer leurs pratiques.La Maison de la bio, qui compte aujourd'hui plus de 300 adhérents -- paysans, porteurs de projets en rapport avec l'agriculture, entreprises liées au bio, associations de consommateurs ou particuliers --, s'est donné pour mission de « développer la bio de manière transparente et équitable ».« C'est aujourd'hui la seule structure française qui comprend autant de particuliers que de professionnels à militer pour une production 100 % naturelle. L'objectif est de zéro déchet et pesticide... et cela commence au jardin, explique Charly Rio, formateur et salarié de la Maison de la bio. On propose un projet de conciliation, qui est de rendre le bio plus accessible, de la terre à l'assiette. » Durant les formations pour les particuliers -- plus de 5 000 à ce jour depuis environ sept ans -- ou les collectivités de Bretagne, on apprend à se passer de tout produit chimique et à retrouver ses sols.Yannick, éleveur laitier, a été convaincu« Nous souhaitons sensibiliser à l'importance de la biodiversité, et ce qu'elle peut apporter dans les jardins », insiste Charly Rio. Un exemple ? « Si on veut des coccinelles chez nous, il faut un peu de mauvaises herbes dans la pelouse, tout simplement. On n'est pas obligé de passer par du chimique pour nourrir la plante. Il suffit de laisser la vie du sol respirer et justement nourrir les plantes et les champignons. Laissons-les prospérer, ils sont super ! Plus on favorise cette biodiversité, moins on a de soucis... »Ce à quoi souscrit Yannick Jestin, jeune ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer