1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

«Apartheid» en France : les politiques toussent, Valls maintient

Le Parisien21/01/2015 à 16:15

«Apartheid» en France : les politiques toussent, Valls maintient

Il maintient. La formule choc employée par Manuel Valls, mardi, pour évoquer la situation de certains quartiers en France, a beau avoir fait tousser, à droite comme à gauche, le Premier ministre a choisi de les conserver puisqu'il les emploie depuis longtemps.

«Peu importe les mots», a tranché ce mercredi matin, à l'Elysée, en présentant des mesures contre le terrrorisme, le patron du gouvernement. «J'emploie les mêmes avec constance et cohérence depuis près d'une dizaine d'années». «Peu importent les mots», a-t-il répété, «ce qui compte, c'est d'agir dans des territoires qui se sont enfermés sur eux-mêmes». 

«Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever», avait expliqué Manuel Valls lors de ses vœux à la presse mardi. Il avait insisté sur «la relégation péri-urbaine, les ghettos -ce que j'évoquais en 2005 déjà- un apartheid territorial, social, ethnique, qui s'est imposé à notre pays».

Quelques heures plus tôt, mercredi matin, la  plupart des personnalités politiques interrogées se détournaient de ce mot, quand elles ne l'ont pas condamné. «L'expression apartheid ethnique est irresponsable ! Comment un Premier ministre de la République peut-il dire cela ?», s'est interrogé très tôt mercredi, sur Europe 1, le maire communiste de Tremblay en France (Seine-Saint-Denis) François Asensi. Selon lui, en abandonnant les quartiers «depuis quarante ans», en chassant les classes moyennes de certains quartiers, - «en effet les personnes solvables veulent un autre parcours résidentiel», a-t-il admis - on a créé «des ghettos sociaux». Mais impensable pour l'élu de parler de ghetto.

Notre question du jour : comprenez-vous que Manuel Valls parle d'«apartheid» pour qualifier les banlieues? 

«L'inflation des mots est proportionnée au désengagement de l'Etat», dénonce la communiste Clémentine Autain sur Twitter.

#Valls ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • cavalair
    21 janvier15:58

    Le pyromane qui crie ''au feu'' C'est assez drole

    Signaler un abus

  • M2273837
    21 janvier15:35

    C'est un discourt extrémiste non ?

    Signaler un abus

  • M6437502
    21 janvier14:52

    Je crains que la gauche veuille régler ce problème en dispersant cette lie sur l'ensemble du territoir.Comme la gangrène, pourrit le corps,l'ensemble du pays serait décomposé.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer