Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

«Apartheid» en France : les politiques toussent, Valls maintient

Le Parisien21/01/2015 à 16:15

«Apartheid» en France : les politiques toussent, Valls maintient

Il maintient. La formule choc employée par Manuel Valls, mardi, pour évoquer la situation de certains quartiers en France, a beau avoir fait tousser, à droite comme à gauche, le Premier ministre a choisi de les conserver puisqu'il les emploie depuis longtemps.

«Peu importe les mots», a tranché ce mercredi matin, à l'Elysée, en présentant des mesures contre le terrrorisme, le patron du gouvernement. «J'emploie les mêmes avec constance et cohérence depuis près d'une dizaine d'années». «Peu importent les mots», a-t-il répété, «ce qui compte, c'est d'agir dans des territoires qui se sont enfermés sur eux-mêmes». 

«Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever», avait expliqué Manuel Valls lors de ses vœux à la presse mardi. Il avait insisté sur «la relégation péri-urbaine, les ghettos -ce que j'évoquais en 2005 déjà- un apartheid territorial, social, ethnique, qui s'est imposé à notre pays».

Quelques heures plus tôt, mercredi matin, la  plupart des personnalités politiques interrogées se détournaient de ce mot, quand elles ne l'ont pas condamné. «L'expression apartheid ethnique est irresponsable ! Comment un Premier ministre de la République peut-il dire cela ?», s'est interrogé très tôt mercredi, sur Europe 1, le maire communiste de Tremblay en France (Seine-Saint-Denis) François Asensi. Selon lui, en abandonnant les quartiers «depuis quarante ans», en chassant les classes moyennes de certains quartiers, - «en effet les personnes solvables veulent un autre parcours résidentiel», a-t-il admis - on a créé «des ghettos sociaux». Mais impensable pour l'élu de parler de ghetto.

Notre question du jour : comprenez-vous que Manuel Valls parle d'«apartheid» pour qualifier les banlieues? 

«L'inflation des mots est proportionnée au désengagement de l'Etat», dénonce la communiste Clémentine Autain sur Twitter.

#Valls ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.