1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ankara juge "irréaliste" un corridor pour ravitailler Kobani
Reuters12/10/2014 à 20:00

ISTANBUL, 12 octobre (Reuters) - Etablir un corridor pour envoyer des armes et des renforts à partir de Turquie aux défenseurs kurdes de la ville syrienne de Kobani est "irréaliste", a estimé dimanche le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. Interrogé sur la chaîne France 24, il a souligné qu'il fallait adopter une approche plus globale pour vaincre les djihadistes de l'Etat islamique (EI) qui contrôlent aujourd'hui de vastes territoires en Syrie et en Irak. Vendredi, Staffan de Mistura, émissaire de l'Onu en Syrie, a demandé à la Turquie de laisser des "volontaires" se rendre à Kobani pour prêter main forte aux combattants kurdes. "La Turquie ne peut vraiment pas donner des armes à des civils pour qu'ils aillent combattre les groupes terroristes", a déclaré Mevlut Cavusoglu. Quant à établir un corridor, a-t-il ajouté, "ce n'est pas réaliste". "Qui va fournir ces armes aujourd'hui ? Et d'abord, envoyer des civils faire la guerre, c'est un crime !", a-t-il lancé. Pour le ministre turc, les frappes aériennes de la coalition conduite par les Etats-Unis n'ont pas réussi à arrêter l'EI et une stratégie plus ambitieuse est nécessaire. "Tuer les moustiques les uns après les autres, ce n'est pas la bonne stratégie. Nous devons aller à la racine, détruire les causes à l'origine de cette situation (...) et, à l'évidence, il s'agit du régime (de Bachar al) Assad en Syrie", a-t-il poursuivi. En cas d'accord "avec les pays amis et alliés" sur une stratégie, il n'a pas exclu que la Turquie puisse envoyer alors des troupes sur le terrain. (Dasha Afanasieva, Guy Kerivel pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer