1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Angela Merkel, sa santé, et la discrétion allemande
Le Monde15/07/2019 à 03:41

Jusqu'à présent, la chancelière a été fort peu diserte sur l'origine des tremblements dont elle est affligée. Un récent sondage semble valider cette stratégie de communication.

La santé de la chancelière ? Une affaire privée, estiment les Allemands dans leur majorité. Selon un sondage réalisé au lendemain de la troisième crise de tremblements ayant saisi Angela Merkel en l'espace de trois semaines, seulement 34 % des personnes interrogées souhaitent que celle-ci publie un bulletin de santé détaillé ; 59 % considèrent que le sujet relève de la vie privée, d'après cette enquête de l'institut Civey pour l'Augsburger Allgemeine Zeitung, parue samedi 13 juillet.

En découvrant ce sondage, Angela Merkel aura sans doute pensé qu'il valide sa propre stratégie de communication. Jusqu'à présent, la chancelière allemande a en effet été fort peu diserte sur l'origine de ses tremblements.

Les premiers s'étaient manifestés le 18 juin en présence du nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Elle les avait alors attribués à une déshydratation liée à la forte chaleur qui régnait ce jour-là sur Berlin. « J'ai bu au moins trois verres d'eau, c'est ce qui m'a manifestement manqué et, à présent, je me sens très bien », avait-elle ensuite déclaré.

Depuis, la chancelière a été prise de tremblements à deux reprises : le 27 juin au château Bellevue, la résidence du président fédéral Frank-Walter Steinmeier ; puis mercredi 10 juillet, à la chancellerie, où elle recevait le premier ministre finlandais Antti Rinne.

« Il n'y a pas de souci à se faire » Selon elle, l'origine de ces nouvelles secousses est psychologique. « Je suis encore dans une phase de traitement...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer