Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Angel Gurria quittera la tête de l'OCDE en juin 2021
AFP10/07/2020 à 18:39

Le Mexicain Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE et grand artisan de son renouveau depuis 2006, ne briguera pas de nouveau mandat à la tête de l'institution et quittera son poste en juin 2021, a-t-il annoncé vendredi.

"J'ai annoncé aujourd'hui au conseil de l'OCDE que je ne briguerais pas un nouveau mandat", a indiqué l'ancien ministre des Finances du Mexique (de janvier 1998 à décembre 2000), sur son compte Twitter.

"Fier de nos succès collectifs, je continuerai à travailler dur jusqu'en juin 2021, avec ma formidable équipe, pour renforcer l'OCDE et aider les pays à affronter les nombreux défis auxquels ils font face", écrit-il encore.

Angel Gurria, fort de son entregent politique et d'un important appétit médiatique, est l'artisan du renouveau de cette organisation qui compte aujourd'hui 37 membres, mais qui était menacée d'obsolescence au début des années 2000.

C'est notamment l'OCDE qui s'est saisi du délicat chantier d'une réforme fiscale internationale, piloté par le Français Pascal Saint-Amans.

Sur Twitter toujours, ce dernier a rendu hommage à celui qui "a fait de l'OCDE une organisation de premier plan, devenue l'un des principaux piliers du multilatéralisme", et a dit avoir "hâte de travailler avec [lui] au cours de l'année à venir sur les nouvelles règles fiscales internationales".

Récemment, les négociations internationales sur la taxation du numérique, pomme de discorde récurrente entre Washington et Paris, ont connu un coup d'arrêt après la "pause" annoncée par les États-Unis.

L'OCDE s'est dite déterminée à trouver avec les autres pays "une solution prête à l'emploi" pour la fin de l'année, avait affirmé fin juin à l'AFP Pascal Saint-Amans.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer