1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Anciens combattants : le secrétaire d'Etat Kader Arif poussé à la démission

Le Parisien21/11/2014 à 23:09

Anciens combattants : le secrétaire d'Etat Kader Arif poussé à la démission

Pris dans la tourmente judiciaire, Kader Arif quitte le gouvernement. Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants a présenté sa démission à Manuel Valls et François Hollande, acceptée par ce dernier. Il est remplacé par Jean-Marc Todeschini, sénateur PS de la Moselle. Il connaît déjà ce ministère pour avoir occupé le poste de chef de cabinet de Jean-Pierre Masseret dans le gouvernement Jospin. «Je pense à mon prédécesseur, que j'ai appelé tout de suite, il avait fait un bon travail au sein du monde combattant, je tiens à lui rendre hommage pour le travail qu'il a accompli», a-t-il déclaré. 

Cette décision intervient au lendemain de la révélation d'une perquisition menée le 6 novembre dans un service du ministère de la Défense, auquel le secrétariat d'Etat aux Anciens combattants est rattaché. Cette perquisition a été menée dans le cadre d'une enquête préliminaire sur des marchés publics attribués à certains de ses proches.

Dans un communiqué, Kader Arif a affirmé avoir choisi de démissionner «par respect pour la fonction ministérielle» et «par respect» pour les commémorations et le monde combattant dont il avait la charge.

Jean-Marc Todeschini, en 2008 à Gandrange en Moselle. (AFP/ JOHANNA LEGUERRE) 

Il «a présenté sa démission afin d'apporter toutes les précisions visant à l'établissement de la vérité dans le cadre de l'enquête préliminaire menée par le parquet financier dans laquelle son nom est cité», a justifié de son côté la présidence de la République.

Ouverte à Toulouse en septembre, l'enquête a pour but de vérifier si deux sociétés successives d'organisation de spectacles, dirigées notamment par son frère puis par ses neveux, ont pu bénéficier de favoritisme pour remporter deux marchés pluriannuels d'un montant de plusieurs millions d'euros avec le Conseil régional de Midi-Pyrénées. L'enquête s'attache à déterminer si les procédures d'appels d'offre ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fbordach
    22 novembre17:12

    Moi Président, mon gouvernement sera irréprochable...

    Signaler un abus

  • g.dupuy
    22 novembre01:03

    Un gouvernement irréprochable selon un certain françois

    Signaler un abus

  • pichou59
    21 novembre23:28

    qui sera le prochain viré?? tous ces politicards qui pillent la France!!!!

    Signaler un abus

  • 2445joye
    21 novembre22:33

    C'est intéressant car, pour qu'il y ait eu ce type de malversation, il a fallu que le Conseil Régional (président: Martin Malvy, PS) collabore. A suivre.

    Signaler un abus

  • kwatao
    21 novembre19:09

    Normal 1er et son laquais Manolo, sont au bord de la crise de nerf ! On savait qu'avec leur gouvernement de pantins incompétents ils menaient la France a la ruine voila maintenant que les démissions de ministres ou parlementaires corrompus s'enchainent tous les 6 mois.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer