1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Anciennes stars de cinéma, des grands singes passent leur retraite en Floride
AFP29/01/2020 à 08:16

L'orang-outan Sandra, au Centre pour les grands singes, près de Wauchula, en Floride, le 6 novembre 2019 ( the Center for Great Apes / Keith Von Stein )

Son entrée sans faste passerait presque inaperçue entre les orangeraies, mais les chemins de terre tracés au milieu des arbres débouchent sur un sanctuaire unique: la maison de retraite de 53 orangs-outans et chimpanzés --pour la plupart anciennes stars du grand écran-- venus finir paisiblement leurs jours sous le soleil de la Floride.

Au Centre pour les grands singes, propriété de 40 hectares près de Wauchula, on croise de véritables stars. Il y a les jumeaux Jacob et Jonah, chimpanzés de 23 ans à l'affiche de "La Planète des Singes" de Tim Burton en 2001, mais aussi Bubbles, l'animal de compagnie avec lequel Michael Jackson adorait poser, désormais imposant mâle alpha de 37 ans.  

Popi, orang-outan de 48 ans, n'avait que 8 ans lorsqu'elle a joué la petite amie de l'acolyte simiesque de Clint Eastwood dans "Doux, Dur et Dingue" avant de se produire à Las Vegas, jusqu'à ce que des images de vidéosurveillance révèlent qu'elle était maltraitée par son dresseur. 

Tous les compagnons de ce refuge ne sont pas des stars d'Hollywood. Certains étaient dans des cirques ou laboratoires. D'autres ont été vendus comme animaux de compagnie exotiques alors qu'ils étaient encore bébés et ont fini par vivre dans des cages ou des garages exigus.

Sandra est arrivée en novembre en provenance d'Argentine ( the Center for Great Apes / Keith Von Stein )

Tous ont été élevés par des humains et ne possèdent pas les compétences de base pour vivre, se nourrir ou élever des enfants à l'état sauvage. 

Mais ils ont eu la chance de rejoindre ce sanctuaire unique --le seul accrédité dans l'hémisphère nord-- au milieu de larges enclos, plein de jeux, de plantes et d'objets que les grands singes peuvent escalader.

Toute dernière membre de cette communauté atypique, Sandra est arrivée en novembre tout droit d'Argentine.

- Art primate-

L'orang-outan de 33 ans se fait chouchouter. "Elle joue beaucoup, elle va vraiment bien", confie Patti Ragan, la fondatrice du centre. 

"Elle rencontre beaucoup d'orangs-outans en ce moment et je pense que celui qui l'intéresse le plus est un prénommé Jethro", poursuit-elle. "Bientôt, nous allons ouvrir une porte pour qu'ils soient dans le même espace, en espérant que ça se passe bien".

De l'art primate, vendu par le Centre pour les grands singes ( AFP / Leila MACOR )

Le Centre pour les grands singes fait figure de rareté en Floride. Il a ouvert dans le plus grand secret, loin de toute la fanfare qui entoure les parcs d'attractions ou zoos accueillant d'habitude ces animaux. 

Le sanctuaire a besoin de 1,8 million de dollars par an pour fonctionner, les besoins de chaque primate s'élevant à 23.000 dollars. 

Seuls les donateurs de ce refuge, financé uniquement par des dons privés, peuvent se rendre sur place sur invitation, avec l'interdiction de partager quoi que ce soit sur les réseaux sociaux. 

Le bien-être des animaux "est la priorité", assure la fondatrice.

Jeff et Terrie Thomas font partie des rares visiteurs sur place, à l'occasion d'une vente aux enchères d'"art primate".

L'un des enclos du Centre pour les grands singes, le 14 décembre 2019 en Floride ( AFP / Leila MACOR )

"Je suis très heureuse de savoir que c'est un merveilleux endroit pour eux", indique Terrie Thomas, visiblement émue.

Sur des tables, au beau milieu des arbres, les organisateurs ont disposé les peintures abstraites et multicolores réalisées par les animaux.

Il y a notamment une peinture réalisée par Jacob, un artiste-chimpanzé qui aime par-dessus tout "gouter chaque couleur vive avant de la mettre sur sa toile".

lm/jh/cjc/sdu

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer