Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Amnesty interpelle la France sur sa politique migratoire

Reuters03/06/2014 à 10:07

AMNESTY INTERNATIONAL INTERPELLE LA FRANCE SUR SA POLITIQUE MIGRATOIRE

PARIS (Reuters) - Amnesty International a appelé mardi la France à clarifier sa position en matière de politique migratoire à deux jours d'une réunion au Luxembourg où sera évoquée l'épineuse question de l'immigration clandestine, huit mois après la tragédie de Lampedusa qui avait coûté la vie à 350 migrants.

Vers 07h00 (05h00 GMT), l'ONG a déposé un grand bateau en carton devant le ministère de l'Intérieur, à Paris.

"3.500 morts : protégez les migrants", pouvait-on lire sur le bateau chargé de quelque 3.500 pétitions en faveur d'une meilleure protection des droits des migrants et réfugiés, en référence aux 3.500 personnes mortes depuis trois ans en mer Méditerranée et en mer Egée.

Dans une lettre qu'elle devait remettre au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, l'ONG demande au gouvernement de clarifier sa position.

"On demande à la France de se mobiliser, on ne voudrait pas que ce soit un sujet qui soit réservé aux pays du sud de l'Europe", explique Jean-François Dubost, responsable du programme personnes déracinées chez Amnesty, à Reuters.

Les ministres de la Justice et de l'Intérieur des Vingt-Huit se réunissent jeudi et vendredi à Luxembourg pour évoquer notamment "la task force pour la Méditerranée".

La mise en place de cette structure avait été annoncée peu après le naufrage d'un bateau de pêche le 3 octobre 2013 au large de l'île italienne de Lampedusa, qui avait suscité une vague d'émotion et d'indignation en Europe.

La tragédie, qui avait coûté la vie à plus de 350 migrants, avait été perçue par certains comme une conséquence directe des divergences des pays membres de l'UE face à la question de l'immigration et de l'absence d'une véritable politique migratoire.

SAUVER DES VIES

"L'Union européenne, si elle veut sauver des vies, elle en a les moyens. Il faut juste qu'elle fasse preuve de sa volonté et pour l'instant ce n'est pas vraiment le cas", souligne Jean-François Dubost.

"Nous souhaitons que la France porte ce message positif : il faut que l'UE mette concrètement en oeuvre des opérations de secours et de sauvetage. Aujourd'hui l'UE met plutôt les moyens sur les opérations de surveillance pour empêcher les gens de partir, de Libye par exemple", ajoute-t-il.

Selon une carte interactive mise au point par un collectif de journalistes européens et rendue publique début avril, quelque 23.000 migrants auraient trouvé la mort depuis 2000 en tentant de rejoindre l'Europe, par la mer ou par la terre.

Depuis le début de l'année, près de 35.000 personnes ont traversé la Méditerranée entre l'Afrique du Nord et l'Europe, contre 43.000 pour l'ensemble de 2013, selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).

Pour l'ensemble de 2014, le HCR estime que le chiffre devrait dépasser les 60.000, niveau atteint en 2011.

Face à l'afflux de migrants, l'Italie réclame depuis des années un engagement plus fort de l'Union européenne.

Rome, qui prendra en juillet la présidence du Conseil de l'UE, demande notamment que l'opération "Mare Nostrum", qui a secouru plusieurs milliers de personnes depuis son lancement fin octobre, devienne européenne et non plus seulement italienne.

Le ministre italien de l'Intérieur Angelino Alfano a notamment menacé de laisser passer dans les autres pays de l'Union européenne les réfugiés venus d'Afrique qu'elle recueille en mer, en l'absence d'aide de l'UE.

(Marine Pennetier, édité par Grégory Blachier)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.