Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Amnesty et HRW dénoncent des exactions au Mali

Reuters01/02/2013 à 12:55

AMNESTY DÉNONCE DES ATTEINTES AUX DROITS DE L'HOMME AU MALI

PARIS (Reuters) - Amnesty International et Human Rights Watch accusent l'armée malienne d'avoir procédé à des exécutions sommaires lors de la poussée des forces djihadistes vers le sud du Mali et de la contre-offensive engagée le 11 janvier par la France.

Dans deux rapports publiés vendredi, les organisations de défense des droits de l'homme imputent également des exactions aux groupes islamistes armés qui s'étaient rendus maîtres du Nord-Mali au printemps dernier avant d'être repoussés ces derniers jours. Elles citent des exécutions de soldats blessés et le recrutement forcé d'enfants soldats.

Amnesty International dit enfin avoir réuni des preuves établissant qu'au moins cinq civils, dont trois enfants, ont trouvé la mort lors d'un bombardement aérien mené le 11 janvier à Konna dans le cadre de l'opération conjointe menée par les forces françaises et maliennes, sans pouvoir préciser quelle armée en porte la responsabilité.

Selon ce rapport, ces cinq civils, dont une mère et ses trois enfants, ont trouvé la mort dans un raid mené par des hélicoptères le 11 janvier au matin à Konna, dont la prise par les islamistes quelques jours plus tôt a précipité les événements.

Un responsable du ministère français de la Défense a indiqué à Amnesty que les frappes françaises n'avaient pas débuté avant 16h30 ce 11 janvier. Mais un représentant de la mairie de Konna et un colonel de l'armée malienne ont déclaré pour leur part que l'opération commune franco-malienne avait débuté dans la matinée du 11 janvier.

"Il est absolument impératif que la France et le Mali ouvrent une enquête pour savoir qui a mené cette attaque. Toutes les conclusions devront être rendues publiques de sorte qu'il soit possible de déterminer s'il y a eu ou non violation du droit international", a déclaré Gaëtan Mootoo, chargé du Mali au sein d'Amnesty International.

DES CORPS JETÉS DANS UN PUITS

Amnesty s'appuie sur les conclusions d'une mission d'enquête de dix jours au Mali effectuée après la reconquête des villes qui étaient tombées sous la coupe des islamistes.

Ses enquêteurs, qui se sont rendus dans les villes de Ségou, Sévaré, Niono, Konna et Diabali, ont enregistré des témoignages selon lesquels le 10 janvier, à la veille du déclenchement par la France de l'opération Serval, l'armée malienne a arrêté et exécuté une vingtaine de civils, principalement dans la ville-garnison de Sévaré, près de Mopti.

Plusieurs corps auraient été jetés dans un puits, ajoutent ces témoins, ce que disent également les habitants interrogés par Human Rights Watch (HRW).

Selon HRW, au moins 13 personnes ont été exécutées sommairement et cinq autres ont disparu entre le 9 et le 18 janvier à Sévaré, Konna et dans les villages environnants.

Les forces de sécurité auraient ciblé des civils soupçonnés de liens avec les groupes islamistes armés, souvent sur des faits très ténus comme leur origine ethnique ou leur type de vêtements. Human Rights Watch écrit que les hommes exécutés appartenaient pour la plupart à l'ethnie Peul, "qui selon l'armée est liée aux groupes islamistes ayant attaqué Konna".

Les deux organisations réclament l'ouverture immédiate d'une enquête indépendante et impartiale.

Leurs rapports mettent également en exergue des exécutions extrajudiciaires commises par les islamistes armés. HRW assure que des groupes islamistes armés à Konna ont exécuté au moins sept soldats maliens, dont cinq étaient blessés, et forcé des enfants à combattre.

A Diabali, près de la frontière mauritanienne, des combattants islamistes sont accusés d'avoir exécuté sommairement les 14 et 15 janvier cinq soldats maliens blessés dans les combats ainsi qu'un civil, selon Amnesty International.

Des enfants âgés pour certains de dix ans ont été recrutés de force et HRW cite des habitants de Konna selon qui au moins trois enfants enrôlés par les islamistes ont été tués pendant les affrontements.

Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.