Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Amnesty demande un plan urgent de sauvetage pour les migrants

Reuters22/04/2015 à 16:08

AMNESTY DEMANDE UN PLAN DE SAUVETAGE URGENT

PARIS (Reuters) - Répétiotion du titre.

Amnesty International a appelé mercredi les dirigeants européens à mettre en place un plan immédiat de sauvetage des migrants en Méditerranée, à la veille d'un conseil européen extraordinaire convoqué après une série de naufrages meurtriers.

En attendant son déploiement, l'association demande à l'Union européenne de fournir une aide matérielle et financière aux autorités italiennes et maltaises, qui assument en grande partie les opérations de secours en mer.

"Il aura fallu attendre les 3.400 morts de l'année dernière, les 1.000 morts de cette semaine pour qu'enfin, un véritable sommet soit convoqué à Bruxelles", a déploré lors d'un point presse à Paris Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France.

"Nous demandons qu'il y ait à la fois le sauvetage en mer mais aussi des voies d'accès (terrestres) sécurisées pour les réfugiés qui tentent de venir", a-t-elle ajouté.

Dans un rapport rendu public mercredi, l'association souligne que l'abandon, en novembre 2014, de l'opération de sauvetage de la marine italienne, Mare Nostrum, a contribué à l'augmentation du nombre de morts en mer et n'a pas enrayé les traversées, en provenance essentiellement de Libye.

En janvier et février, leur nombre a augmenté de 42% par rapport aux deux premiers mois de 2014, précise-t-elle.

Près de 900 personnes cherchant à rejoindre l'Europe ont péri noyées en Méditerranée durant les trois premiers mois et demi de 2015, contre 17 durant la même période en 2014, selon l'Onu.

Un bateau de pêche qui a chaviré dans la nuit de samedi à dimanche au large des côtes libyennes, a ajouté potentiellement 900 victimes supplémentaires, venues d'Afrique et du Bangladesh, à ce bilan.

PRESSION SUR LES NAVIRES PRIVÉS

Dans la foulée de cette catastrophe humanitaire, l'Union européenne a proposé lundi de doubler les moyens alloués à ses opérations de patrouilles en Méditerranée --Triton et Poséidon-- et d'étendre la zone maritime qu'elles couvrent.

Mais ces annonces n'ont pas convaincu Amnesty International, qui souligne que Triton et Poséidon, dont les moyens sont bien inférieurs à ceux de Mare Nostrum, sont gérées par l'agence Frontex, dont le mandat ne couvre pas les sauvetages en mer.

Triton effectue des patrouilles jusqu'à 55 km des côtes italiennes et maltaises, loin des côtes lybiennes au large desquelles se produisent l'essentiel des naufrages, ajoute-t-elle.

"Soit la Commission européenne joue sur les mots, soit elle a oublié la notion de sauvetage de vies en mer, soit alors il (reviendra) aux chefs d'Etat de rectifier le tir demain", estime Jean-François Dubost, responsable du programme "Personnes déracinées" chez Amnesty International France.

L'association appelle de ses voeux un programme au moins aussi ambitieux que Mare Nostrum, qui mobilisait 900 personnes et a permis de sauver 170.000 vies en 2014. "C'est le minimum", dit-il.

Faute d'opération assez vaste, de plus en plus de navires privés sont contraints de porter secours aux migrants, indique Amnesty, une situation jugée "intenable" par les principales associations de l'industrie du transport maritime et des syndicats de marins.

"Ces navires commerciaux ne sont pas équipés, formés et habitués à des opérations de sauvetage", et leurs tentatives de secours peuvent être dramatiques, souligne Jean-François Dubost.

Depuis le début de l'année, on estime que 35.000 migrants ont tenté de traverser la Méditerranée pour fuir la pauvreté, la misère, les violences et les guerres.

(Chine Labbé)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.