Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Amnesty accuse le Cameroun d'abus dans sa lutte contre Boko Haram

Reuters14/07/2016 à 10:48
    YAOUNDE, 14 juillet (Reuters) - Les autorités camerounaises 
ont arbitrairement arrêté plus de mille personnes dans le cadre 
de leur lutte contre Boko Haram et des dizaines sont mortes de 
maladies ou à la suite de tortures, accuse Amnesty International 
dans un rapport publié jeudi.  
    Jusqu'à huit personnes meurent chaque mois dans les cellules 
surpeuplées de la prison centrale de Maroua, chef-lieu de la 
région de l'Extrême-Nord, où les prisonniers sont détenus dans 
des conditions inhumaines, ajoute l'ONG.  
    De nombreux individus sont détenus dans des centres de 
détention illégaux installés sur des bases militaires avant 
d'être transférés dans des prisons officielles, dit encore 
Amnesty.  
    Plusieurs détenus de ces bases militaires ont déclaré à 
l'ONG avoir été frappés à coups de bâton, de fouet ou de 
machette. "Deux prisonniers ont été frappés si violemment qu'ils 
sont morts devant nous", a dit un homme de 70 ans à l'ONG.  
    "Le Cameroun poursuit un bon objectif mais en arrêtant 
arbitrairement, en torturant et en assujettissant les gens, il 
utilise les mauvais moyens", a déclaré Alioune Tine, directeur 
régional du groupe de défense des droits de l'homme. 
    "On ne parle pas nécessairement de combattants de Boko 
Haram, mais de gens normaux qui ont le malheur de se retrouver 
au mauvais moment à la mauvaise place", ajoute Ilaria 
Allegrozzi, chercheuse pour Amnesty. "Des innocents font les 
frais de la lutte contre Boko Haram." 
    Le gouvernement de Yaoundé n'a pas encore commenté ce 
rapport qui s'appuie sur des entretiens entamés en octobre 
dernier avec plus de 200 habitants de la région de 
l'Extrême-Nord, frontalière avec le Tchad et le Nigeria. 
    L'insurrection lancée par Boko Haram il y a sept ans dans le 
nord-est du Nigeria pour imposer un califat islamique dans la 
région a fait plus de 15.000 morts et 2 millions de déplacés.  
    Depuis le lancement d'une offensive des pays de la région 
l'an dernier pour chasser les extrémistes de leurs principaux 
bastions, Boko Haram mène une guerre d'usure en s'attaquant aux 
civils. Au Cameroun, des adolescentes ont commis des attentats 
suicide qui ont fait des dizaines de morts. 
 
 (Matthew Mpoke Bigg, avec Kieran Guilbert; Jean-Stéphane Brosse 
pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.