Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Allemagne, France, Italie, Espagne pour une Europe à la carte

Reuters06/03/2017 à 20:40

ALLEMAGNE, FRANCE, ITALIE, ESPAGNE POUR UNE EUROPE À LA CARTE

par Elizabeth Pineau

VERSAILLES (Reuters) - Le sursaut européen passe par une Europe à plusieurs vitesses, ont estimé lundi les dirigeants des quatre plus grosses économies de la zone euro réunis à Versailles pour préparer le sommet sur 60e anniversaire du traité de Rome.

Dans une déclaration commune avant un dîner de travail, François Hollande, Angela Merkel, Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy se sont tous inquiétés du sentiment de "défiance, de fatigue" selon les termes du président du Conseil italien, qui nourrit les populismes en Europe.

"Je plaide pour qu'il y ait de nouvelles formes de coopération, des coopérations différenciées", a dit François Hollande, soulignant l'importance de "montrer de la solidarité à 27 mais également la capacité à avancer à un rythme différent".

La chancelière allemande a plaidé dans les mêmes termes pour l'Europe à plusieurs vitesses" proposée par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un Livre blanc publié la semaine dernière.

"Nous devons avoir le courage d'accepter que certains pays aillent de l'avant et avancent un peu plus rapidement que d'autres", a-t-elle expliqué, évoquant des "coopérations différenciées" mais pas hermétiques, ouvertes "à ceux qui sont un peu plus en retard".

S'ils sont allés dans le même sens que le couple franco-allemand, les dirigeants italien et espagnol ont nuancé leur expression en préférant le terme "d'intégration" à celui de "coopération".

"AMBITIONS DIFFÉRENTES"

"L'Espagne est disposée à aller plus loin dans l'intégration avec tous ceux qui voudront la poursuivre", a dit Mariano Rajoy, citant la politique extérieure et de défense, l'immigration, la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme puis, à moyen terme, l'union économique, monétaire et bancaire.

Paolo Gentiloni a décrit "différents niveaux d'intégration", de manière à fournir "des réponses différentes" à des "ambitions différentes".

"L'Union reprend sa route, son chemin et elle le fait avec une boussole tout à fait claire", a souligné celui qui sera l'hôte du sommet du 25 mars marquant le 60e anniversaire du Traité de Rome.

François Hollande a répondu aux critiques exprimées par certains des Vingt-Sept sur la tenue de ce sommet en petit comité en rappelant l'importance des nations choisies.

Par leur histoire, leur démographie et l'importance de leurs économies, France, Allemagne, Italie et Espagne "ont la responsabilité de tracer la voie, non pas pour l'imposer aux autres mais pour être une force au service de l'Europe pour impulser les mouvements indispensables", a-t-il dit.

A moins de deux mois du premier tour de la présidentielle en France, alors que la confusion règne dans la campagne sur fond de montée de l'extrême droite, le président français a une nouvelle fois mis en garde contre les dangers du repli nationaliste.

"Face aux populistes, aux extrémistes, aux nationalistes, nous devons avoir la cohésion nécessaire, l'impulsion indispensable et la capacité à définir l'avenir", a dit François Hollande, qui a vécu à Versailles l'un des derniers grands moments diplomatiques de son quinquennat, qui prend fin le 15 mai.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.