1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Allemagne : des restes de victimes du nazisme enfin inhumés
Le Parisien13/05/2019 à 09:16

Allemagne : des restes de victimes du nazisme enfin inhumés

C'est une cérémonie inhabituelle qui se déroule ce lundi après-midi à Berlin (Allemagne), en présence d'un rabbin et d'un pasteur. Les restes microscopiques de victimes du nazisme, dont les corps avaient fait l'objet d'expériences médicales durant la guerre, vont être inhumés dans le cimetière de Dorotheestadt, celui où est notamment enterré Bertolt Brecht.« Nous voulons rendre un peu de leur dignité aux victimes », a indiqué Karl Marx Einhäupl, directeur de la Charité, le grand hôpital de la capitale allemande. L'initiative entre dans le cadre des efforts, lancés il y a seulement trois ans par cet établissement pour « affronter son passé », souligne le mémorial de la Résistance allemande, co-organisateur de la cérémonie.«Beaucoup de ces médecins occupant des postes de direction ont transformé, durant la période nationale-socialiste, leurs cliniques et instituts en lieux de mise en œuvre de la médecine raciale et de destruction des nazis », ajoute-t-il.300 échantillons humainsLes héritiers du médecin anatomiste Hermann Stieve ont retrouvé dans des petites boîtes noires 300 échantillons humains posés sur des lamelles de laboratoire. Sur certaines, des noms étaient inscrits. Ils les ont remis en 2016 au professeur Andreas Winkelmann qui, depuis, tente de leur redonner une identité. « Des tissus aussi minuscules ne sont en général pas considérés comme valant la peine d'être enterrés [...] mais, là, l'histoire est particulière, car ils proviennent de personnes qui ont été délibérément privées de sépulture afin que leurs proches ne sachent pas où elles se trouvent », explique-t-il à l'AFP.Le professeur Winkelmann n'a pas pu déterminer le nombre de personnes que représentaient ces 300 échantillons. Mais il a pu travailler sur vingt noms et des indices chiffrés établissant un lien clair avec la prison de Plöetzensee, où quelque 2 800 personnes ont été pendues ou guillotinées par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer