Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alicher Ousmanov, cachoteries et Toffees

So Foot12/11/2017 à 08:00

Alicher Ousmanov, cachoteries et Toffees

Magnat de l'industrie et des médias, actionnaire majoritaire de VKontakte, l'équivalent russe de Facebook, et détenteur de 30% des parts du capital d'Arsenal, Alicher Ousmanov est partout. Y compris à Everton, où, selon les dernières révélations des Paradise Papers, le milliardaire russe contrôlerait, grâce à un prête-nom, la moitié du club de la ville de Liverpool.

Comme ses homologues milliardaires, Roman Abramovitch et Dmitri Rybolovlev, Alicher Ousmanov est un homme secret. Peu disert sur la façon dont il a construit sa fortune, celui qui détient 52% de VKontakte, le plus important réseau social russe, plusieurs chaînes de TV et Mettaloinvest, l'un des plus grands producteurs de minerai de fer du monde, opterait pour une gestion tout aussi opaque quand il s'agit de placer son argent dans les clubs de football. À en croire les Paradise Papers, l'homme d'affaires russe, qui possède 30% des parts d'Arsenal, détiendrait aussi dans l'ombre près de 50% d'Everton. Et piétinerait le règlement de la Premier League, qui interdit à tout actionnaire possédant plus de 10% d'un club de détenir des parts d'une autre équipe.

L'arnaque


Pour bien comprendre l'ampleur de l'affaire, il faut revenir en 2007. Soit l'année choisie par Alicher Ousmanov et un de ses proches, le businessman iranien Farad Moshiri, pour acquérir chacun 14,58% des parts d'Arsenal. En 2016, Moshiri revend ses parts à Ousmanov et rachète près de la moitié du capital d'Everton (49,9%) pour environ 100 millions d'euros. Problème : selon les révélations des Paradise Papers, la part de Moshiri dans Arsenal lui avait été payée et "offerte" en 2007 par Ousmanov. Or, l'argent tiré de la vente de cette part a servi à l'achat de celles d'Everton. Émerge ainsi la possibilité qu'Ousmanov contrôle Everton dans l'ombre. Un cas de figure banni par le règlement de la Premier League, une participation significative d'un investisseur dans deux équipes étant interdite pour éviter les conflits d'intérêt entre clubs. Une combine révélée au grand jour, qui laisse les avocats d'Ousmanov dans l'embarras, ces derniers se bornant à assurer que leur client est victime "d'erreurs factuelles et d'interprétation".

La guerre des boards


De quoi noircir l'horizon des supporters des Gunners, qui n'ont

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.