1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Algérie : qui est Issad Rebrab, le tycoon devenu opposant ?
Le Point23/04/2019 à 17:10

Sixième fortune du continent africain (4 milliards de dollars selon le classement Forbes), à la tête du plus grand groupe privé algérien, Cevital, qui emploie 18 000 personnes avec ses 26 filiales à travers trois continents, Issad Rebrab, 74 ans, n'a pas l'allure du businessman carnassier, du terrifiant requin de la finance. « D'a » (oncle, terme de respect en kabyle) Rebrab, comme l'appellent ses amis et proches collaborateurs, pose toujours sur vous un regard bleu bienveillant, s'arme d'un sourire timide et s'excuse presque en parlant de sa douce voix. Pourtant, cet ancien expert-comptable qui a bâti un empire industriel au pays du socialisme spécifique affronte depuis des décennies la machine politico-bureaucratique.Lire aussiAlgérie : Issad Rebrab, le PDG du plus grand groupe privé, incarcéréPourquoi Rebrab était-il autant attaqué ?La raison de ces nombreux déboires, notamment le blocage de plusieurs de ces projets en Algérie (un pôle industriel à l'est d'Alger, un quartier d'affaire dans la capitale, le rachat de Michelin Algérie, le projet EvCon qu'il finira par développer en France, rachat du journal El Khabar, etc.) serait son opposition tacite au système Bouteflika. « Même s'il ne l'exprime pas directement, mais son seul succès et sa vision bâtie sur une économie diversifiée, une coopération internationale décomplexée et un environnement des affaires libéré des injonctions autoritaires est une sorte de critique indirecte...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer