Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alerte du contrôleur général sur les conditions de vie en prison

Reuters04/06/2014 à 20:24

LE CONTRÔLEUR GÉNÉRAL ALERTE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN DÉTENTION

PARIS (Reuters) - Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, a appelé mercredi de ses voeux un travail législatif pour améliorer les conditions de vie en prison, au moment où l'Assemblée examine le projet de réforme pénale porté par Christiane Taubira.

Les députés devaient attaquer mercredi en fin d'après-midi l'examen des articles et des amendements de ce texte controversé, qui vise à développer les alternatives à la prison et le suivi des condamnés pour mieux lutter contre la récidive.

Quelque 800 amendements ont été déposés, dont les trois quarts par l'UMP.

"C'est très bien de développer l'aménagement des peines, mais j'insiste pour que des mesures législatives (...) contribuent aussi à améliorer les conditions de vie carcérales", a déclaré mercredi lors d'un point presse Jean-Marie Delarue, dont le mandat s'achève le 13 juin prochain.

"La question est : est-ce que le projet de loi actuel est susceptible de faire évoluer les conditions de vie carcérales?" s'est interrogé le contrôleur général des lieux de privation de liberté, sans y apporter de réponse.

Tout en saluant la philosophie du projet défendu par la ministre de la Justice, plusieurs associations ont déploré qu'il ne traite qu'à la marge la problématique de la vie en détention.

"La loi ne se préoccupe pas du tout de ce qui se passe en prison", déclarait récemment à Reuters Aline Daillère, de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat).

"Les personnes passent l'immense majorité de leur incarcération en cellule", ajoutait-elle, y voyant une forme d'"infantilisation" des détenus.

"LA PRISON LABOURE LES ÂMES"

Pour Jean-Marie Delarue, qui, à la tête de l'organisme de contrôle indépendant, a effectué depuis six ans 850 visites de lieux privatifs de liberté, "la question qui doit se poser pour la prison, c'est : comment est-ce qu'on en sort".

"Les conditions de vie carcérales en elles-mêmes sont une source de récidive", a-t-il dit mercredi. "La prison laboure les âmes, elle vous renverse, elle vous chamboule."

Le contrôleur déplore notamment qu'une minorité de détenus ait accès au travail, "pour des travaux sans intérêt" et une "très faible" rémunération.

L'obligation d'activité (travail, activité socio-culturelle ou formation) pour les détenus a pourtant été introduite dans la loi en 2009. Seuls 37,7% des incarcérés ont eu une activité rémunérée en détention en 2012, selon les chiffres de l'administration pénitentiaire.

Arrivé en fin de mandat, Jean-Marie Delarue, premier à occuper ce poste, estime que l'institution a "permis d'écouter l'inaudible".

Son successeur, qui devra être nommé par François Hollande, n'est pas encore connu. "Je ne voudrais pas que les activités s'arrêtent le 13 juin au soir", a déclaré mercredi Jean-Marie Delarue, rappelant qu'on avait mis sept mois à le nommer.

En théorie, tant qu'un nouveau contrôleur des lieux privatifs de liberté n'est pas désigné, l'institution ne pourra plus, à compter du 14 juin, mener de visites ni émettre de recommandations.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.