Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Alep s'invite au Conseil européen, Fillon fustige un échec de l'UE

Reuters15/12/2016 à 15:55

LE MAIRE D'ALEP-EST S'INVITE AU CONSEIL EUROPÉEN

par Jean-Baptiste Vey

BRUXELLES (Reuters) - Le maire d'Alep-Est s'est invité jeudi au Conseil européen pour dire aux chefs d'Etat et de gouvernement la détresse des habitants des quartiers en passe d'être totalement repris par les forces syriennes, tandis que François Hollande espérait obtenir un appel des Vingt-Huit à un cessez-le-feu.

Egalement à Bruxelles, où il a rencontré les dirigeants conservateurs, le candidat de droite à l'élection présidentielle française, François Fillon, a critiqué la diplomatie européenne et plaidé pour une négociation réunissant tous les acteurs du conflit, y compris les auteurs de "crimes".

A son arrivée au Conseil, François Hollande a accusé la Russie de ne pas tenir ses engagements concernant Alep, dont les quartiers Est tenus par les rebelles ont été bombardés par le régime avec le soutien de l'armée russe, au prix de nombreuses victimes civiles.

"Je parle sans cesse à la Russie. La Russie prend des engagements qu'elle ne tient pas, alors maintenant il est temps qu'on arrive à cette trêve et à cette urgence humanitaire si nécessaire", a déclaré le chef de l'Etat français.

"C'est ce que le Conseil européen doit exiger, un cessez-le-feu, l'évacuation des populations civiles et une négociation politique", a-t-il insisté. "L'Europe doit faire entendre sa voix."

"Si les Vingt-Huit n'étaient pas d'accord sur une question aussi essentielle, qui est de sauver les populations civiles, d'en terminer avec une guerre qui dure déjà depuis plus de cinq ans et de dénoncer les massacres qui se sont opérés à cause du régime syrien, à cause de ses soutiens notamment russes et iraniens, alors à quoi ça servirait d'avoir l'Europe à 28?", s'est interrogé le président français.

"L'HISTOIRE NE PARDONNERA PAS"

Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a ensuite assuré le président du conseil local des quartiers d'Alep-Est, Brita Hagi Hassan, de la compassion de l'ensemble des Européens.

"Nous ferons tout ce que nous pourrons pour protéger les civils", a-t-il dit devant des journalistes, sans préciser quels moyens pourraient être mis en oeuvre pour y parvenir.

Brita Hagi Hassan a évoqué la situation des habitants d'Alep-Est et de tous les Syriens frappés selon lui par le régime et déploré le silence et l'inaction de la communauté internationale.

"Les 50.000 civils d'Alep-Est n'attendent plus que la mort", a-t-il déclaré, en assurant que des dizaines de massacres ont été perpetrés.

"L'Histoire ne pardonnera pas", a-t-il poursuivi. "L'Histoire enregistre ce qui se passe. L'Histoire enregistre ce silence international face aux crimes contre l'Humanité en Syrie."

En tête des sondages pour la présidentielle d'avril-mai, François Fillon a souhaité une "initiative puissante" de l'Union européenne pour mettre autour de la table tous les acteurs susceptibles de mettre fin au conflit, "sans exclusive et donc y compris ceux qui commettent des crimes".

"Ce que j'ai dit aux dirigeants européens, c'est que nous sommes obligés de constater l'échec de la diplomatie occidentale et singulièrement de la diplomatie européenne", a-t-il déclaré.

"L'indignation est nécessaire mais elle n'a jamais sauvé une vie", a-t-il encore dit.

Alors que le gouvernement français accuse la Russie de participer à des crimes de guerre et juge une solution politique impossible tant que Bachar al Assad s'accrochera au pouvoir, François Fillon s'est distingué pendant la primaire de la droite en prônant un rapprochement avec la Russie.

Selon le ministère russe de la Défense et la télévision d'Etat syrienne, l'évacuation des rebelles retranchés dans une petite enclave d'Alep-Est a débuté jeudi avec le départ d'un premier convoi transportant des combattants de l'opposition.

(avec Emmanuel Jarry à Paris, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.