1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Al Bab en Syrie presque reprise à l'EI, dit la Turquie
Reuters17/02/2017 à 10:21

 (Ajoute contexte) 
    ANKARA, 17 février (Reuters) - L'armée turque a assuré 
vendredi qu'elle était sur le point de reprendre le contrôle de 
la ville d'Al Bab, dans le nord-ouest de la Syrie, aux 
djihadistes de l'Etat islamique (EI). 
    La prise d'Al Bab permettrait à la Turquie de renforcer son 
influence dans le nord de la Syrie.  
    "L'opération visant à s'assurer du contrôle complet de la 
région d'Al Bab touche à sa fin et la résistance du groupe 
terroriste Daech a été largement brisée", dit l'armée turque 
dans un communiqué. 
    Depuis son intervention militaire lancée en août dernier et 
baptisée "Bouclier de l'Euphrate", elle a créé une zone tampon 
visant notamment à contrôler la progression des miliciens kurdes 
des Unités de protection du peuple (YPG) qu'Ankara considère 
comme une émanation du Parti des travailleurs du Kurdistan 
(PKK). 
    L'armée turque dans son offensive bénéficie de l'aide des 
rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL). 
    Al Bab, située à 30 km de la frontière turque, est le 
dernier bastion de l'EI dans la province d'Alep. Les autorités 
turques disent qu'après Al Bab la prochaine cible sera Rakka, 
capitale de fait de l'EI en Syrie.  
    C'est dans ces deux villes, assure Ankara, qu'ont été 
préparés des attentats meurtriers qui ont frappé la Turquie ces 
derniers mois, en particulier l'attaque contre une discothèque 
d'Istanbul le soir du Nouvel An qui a fait 39 morts. 
    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a exprimé le 
souhait cette semaine que les Turcs puissent participer aux 
opérations militaires de la coalition sous commandement 
américain contre Rakka et la ville de Manbij. 
    La Turquie demande l'établissement d'une "zone de sécurité" 
dans cette région du nord-ouest de la Syrie pour les civils 
déplacés par la guerre, d'où les djihadistes de l'EI et les 
combattants des YPG auraient auparavant été chassés.  
    Ankara souligne qu'une telle opération ne se conçoit pas 
sans être accompagnée d'une zone d'exclusion aérienne. 
 
 (Tulay Karadeniz, avec Ece Toksabay, Gilles Trequesser pour le 
service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer