1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Airbnb va reverser 24 millions d'euros de taxe de séjour à 23 000 villes
Le Parisien17/01/2019 à 19:24

Airbnb va reverser 24 millions d'euros de taxe de séjour à 23 000 villes

Le patron d'Airbnb en France, Emmanuel Marill, ne boude pas son plaisir : le site américain de locations entre particuliers reversera d'ici à la fin de cette semaine près de 24 millions d'euros (M€) de taxe de séjour aux 23 000 communes françaises (sur 36 000) qui l'ont instaurée. Un chiffre quasiment multiplié par deux par rapport aux 13,5 M€ collectés et reversés aux communes par Airbnb au titre de l'année 2017.Il faut dire que le système est désormais beaucoup plus généralisé. En 2015, seules deux communes avaient mis en œuvre la taxe de séjour : Paris et Chamonix. L'année suivante, 19 grandes villes l'avaient adoptée, et 50 villes en 2017. La collecte automatisée et le versement de la taxe de séjour par Airbnb concernent désormais pas moins de 23 000 communes. Sans surprise, Paris arrive en tête de ce hit-parade avec 7,5 M€ collectés, devant Nice (1,1 M€) et Marseille en pleine explosion (1M€). Bordeaux (660 000 €), Cannes (420 000 €), Lille, Antibes ou La Rochelle (300 000 € chacune) tirent également leur épingle de ce jeu redistributif. Rappelons que la France est le deuxième marché d'Airbnb derrière les États-Unis, avec 16 millions d'arrivées voyageurs l'an dernier - un chiffre en hausse de 40 %.Concurrence déloyale« Cette année, en élargissant cette collecte depuis le 1er juillet aux 23 000 communes, nous touchons aussi des municipalités non touristiques qui découvrent cette manne, pouvant atteindre des dizaines, voire des centaines de milliers d'euros », plastronne Emmanuel Marill. Une manne fléchée pour des projets à vocation touristique (communication, office du tourisme, aide au stationnement, etc.), qui atteint parfois 5 % des ressources d'une commune. Pas négligeable en cette période de disette budgétaire. « C'est une bonne chose pour nos finances locales », confirme Philippe Laurent, maire de Sceaux et président de la commission des finances de l'Association ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer