Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aides d'urgence : un collectif budgétaire à 20 milliards débattu à l'Assemblée
Boursorama avec Media Services11/06/2021 à 08:56

Le Modem et la droite s'inquiètent de "l'énorme déficit" de la France, avec environ "220 milliards" prévus dans le budget rectificatif 2021.

L'Assemblée nationale. ( AFP / THOMAS COEX )

L'Assemblée nationale. ( AFP / THOMAS COEX )

L'Assemblée nationale débat vendredi 11 juin des quelque 20 milliards d'euros supplémentaires posés sur la table par le gouvernement dans son budget rectificatif pour 2021, afin d'éviter que le déconfinement ne rime avec déconfiture pour certaines entreprises et salariés. Ce projet de loi de finances rectificative prolonge au moins jusqu'à fin août les aides d'urgence à destination des entreprises, avec une rallonge de 15,5 milliards d'euros pour financer leur sortie progressive. 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a indiqué qu'il s'agissait là de la dernière étape du "quoi qu'il en coûte". Le locataire de Bercy défend un "texte de transition entre protection maximale (...) et retour à la normale" avec des aides plus "ciblées et dégressives".

Un déficit qui inquiète à droite

Mi-mai, l'exécutif avait déjà été puiser 7,2 milliards de crédits, grâce à un décret d'avance. Un montant exceptionnel. En continuant à maintenir sous perfusion l'économie française, l'exécutif creuse le taux d'endettement public qui atteindrait 117,2% du PIB à la fin de l'année.

Deuxième force de la majorité, le Modem s'est inquiété de "l'énorme déficit" de la France, avec environ "220 milliards" prévus dans le budget rectificatif 2021, à 9,4% du PIB. "On ne peut pas se permettre d'avoir un déficit comme celui-là en 2022. On est prêt à travailler sur la dépense publique", insiste le centriste Christophe Jerretie. 

Dans Les Echos , Bruno Le Maire a promis de "définir une stratégie de désendettement claire", tandis que dans l'opposition, le député LR Eric Woerth, président de la commission des Finances, s'inquiète d'une "ambiance dépensière". 

Avec ce premier budget rectificatif pour 2021 - en 2020 les parlementaires en avaient voté quatre, un record - l'exécutif joue aussi la prudence alors que l'économie de l'Hexagone, suspendue au progrès de la vaccination de la population, espère éviter une 4e vague épidémique. Le gouvernement n'a d'ailleurs pas relevé sa prévision de croissance, attendue à 5% cette année.

15,5 milliards d'euros supplémentaires pour les aides d'urgence

Sur les 15,5 milliards d'euros supplémentaires destinés aux dispositifs d'aide d'urgence, 6,4 milliards sont programmés pour le maintien de l'activité partielle, 3,4 milliards pour le fonds de solidarité et 4 milliards iront à la compensation d'exonérations de charges.

A ces dépenses s'ajoutent 1,4 milliard d'euros pour financer plusieurs annonces récentes. Dont 700 millions d'euros pour le maintien des places d'hébergement d'urgence, près de 400 millions d'euros pour les indemnisations d'agriculteurs, notamment ceux touchés par le gel début avril, ainsi que 400 millions d'euros pour le "Pass'Sport" à destination des jeunes, une aide à la collectivité de Nouvelle Calédonie ou encore le financement de l'opération "Quartiers d'été", destinée à animer les quartiers défavorisés.

Discussions en vue sur la hausse du diesel et un geste fiscal pour les dons aux cultes

Quelque 480 amendements ont été déposés sur le projet de loi. L'un d'eux déposé par le gouvernement devrait faire grincer quelques dents à l'heure où Emmanuel Macron tente de verdir son bilan. Il s'agit de décaler du 1er juillet 2021 au 1er janvier 2023 la hausse des tarifs du gazole non routier, utilisé principalement dans le bâtiment et les travaux publics, afin de tenir compte des conséquences de la crise sanitaire.

Autre point de crispation, un inédit geste fiscal pour les dons aux cultes. La déduction fiscale sur les dons passera de 66 % à 75 % jusqu'à fin 2022, dans une limite de 554 euros. "Les cultes ont particulièrement souffert" dans la période" "parce qu'ils n'ont pas été aidés au nom de la séparation des églises et de l'Etat", a expliqué le patron du groupe LREM Christophe Castaner pour justifier cette modulation de la déduction fiscale. La disposition sera combattue par la gauche de l'hémicycle : LFI, le PS mais aussi le groupe Libertés et Territoires ont déposé des amendements de suppression.

De leur côté, les LR mettront sur la table les pertes colossales de La Poste en raison du déficit du service universel postal que la crise n'a fait qu'accroître. Les élus de droite proposeront une importante exemption fiscale.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer