1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aides aux autistes sans solution d'accueil : cette association a inspiré «Hors Normes»
Le Parisien23/10/2019 à 09:24

Aides aux autistes sans solution d'accueil : cette association a inspiré «Hors Normes»

Du dernier institut où il était pris en charge, Jules se souvient de longues journées, « à ne faire, dit-il, que regarder par la fenêtre ». Trop de monde, et pas assez de professionnels pour s'occuper de chacun. Quand il a dû le quitter, aucune autre structure n'avait de place pour ce jeune autiste de 19 ans. Muriel, sa maman, ne compte plus les refus qu'elle a essuyés et qui l'ont menée, l'an passé, à « une année cauchemardesque », soupire-t-elle, entre colère et fatigue.Jules, obligé de rester dans leur appartement parisien, régressait, « terrorisé par l'extérieur mais devenant dingue à l'intérieur ». Sans solution pour son fils, Muriel a même dû dépenser « des fortunes » pour embaucher un éducateur spécialisé privé. Elle, la maman solo dont la perte de son emploi, serait, en un mot, « dramatique ».Mais voilà, le Jules que nous rencontrons ce vendredi matin est tout sourire et à l'aise dans ses baskets bordeaux. Depuis septembre, il est accueilli trois jours par semaine par le Relais Ile-de-France, une des deux associations (l'autre étant Le silence des justes) qui a inspiré « Hors Normes », le film événement du duo Toledano-Nakache, en salles ce mercredi.« Au Relais, je ne m'ennuie pas. Il y a le coloriage, la piscine, l'escalade, le cheval... énumère Jules, un des seuls jeunes ce matin-là à avoir la capacité de verbaliser ses pensées et ses émotions. Ici, ça avance pour moi. C'est bien pour mon avenir. » Un avenir que ce féru de musique rêve derrière des platines de DJ et auprès d'une petite copine « sympa et jolie ». La réalité est moins rose : les Esat, ces établissements médico-sociaux d'aide par le travail, ont annoncé à sa maman des délais d'attente de deux à dix ans pour espérer un boulot. « Ici, ça avance pour moi. C'est bien pour mon avenir » confie Jules, jeune autiste de 19 ans. LP/Jean-Baptiste Quentin En plus de Jules, le Relais IDF abrite 70 ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer