1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Agriculture urbaine : sous le béton, une ferme bio

Le Parisien15/05/2018 à 12:50

Agriculture urbaine : sous le béton, une ferme bio

A Paris, on n'a pas de champs, mais on a des sous-sols. Pour faire pousser des champignons ou des endives, la start-up Cycloponics a investi... un ancien parking. Lauréate d'un appel d'offres pour développer l'agriculture urbaine, elle a ouvert la première ferme souterraine de Paris, dans le quartier de La Chapelle (18e).

Située sous une tour HLM, « La Caverne » a été inaugurée le 14 avril. Pour la découvrir, il faut descendre la rampe empruntée il y a deux ans encore par les voitures. Les murs sont étonnamment propres. « Le site a été nettoyé et, depuis, les analyses ont déterminé qu'il n'y avait aucune trace de pollution », rassure Théo Champagnat, ingénieur agronome, l'un des deux concepteurs du projet.

Au niveau - 2, les cultures 100 % bio sont organisées sur des étagères grillagées. Les pleurotes et les shiitakés poussent sur des briques de substrat végétal, les endives se développent dans des bacs pleins d'eau. Et l'objectif de production est sérieux : « 50 tonnes de champignons et 300 tonnes d'endives par an, détaille Théo, en combinaison verte d'agriculteur. Les récoltes sont livrées à vélo à une coopérative bio, à un réseau d'Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne) et à des restaurateurs. »

Cueillis le matin et transportés dans la journée, les champignons, dont la qualité est contrôlée très régulièrement, sont extra-frais.

Pour les habitants de la résidence, difficile de soupçonner qu'une ferme s'est installée dans leur ancien parking. « J'en suis ravie ! Fini les voitures brûlées et les rodéos sauvages », approuve Annie, qui promène son labrador. « Personne ne le regrette », confirme la gardienne. Tant mieux, car les agriculteurs ont obtenu 4 000 mètres carrés de plus.

Au niveau - 1, ils cultiveront fleurs et plantes aromatiques et accueilleront des entreprises comme Vélozone (coursiers à vélo), Compost Urbain (vente de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer