1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Agir sur le logement» : des étudiants réagissent aux propositions de Frédérique Vidal
Le Parisien20/11/2019 à 06:19

«Agir sur le logement» : des étudiants réagissent aux propositions de Frédérique Vidal

Maïa, concentrée devant l'étagère, soupèse une boîte de haricots verts, et s'interroge : « Vous avez du chocolat en poudre ? » Mais le cacao sera livré un autre jour dans la salle de réunion transformée en petit magasin, à l'étage du bâtiment « étudiants » du campus de Nanterre (Hauts-de-Seine). L'Agorae, l'épicerie solidaire de l'université, tenue par une association d'élèves, accueille chaque soir des bénéficiaires dont le « reste à vivre » par jour, une fois les charges soustraites, est inférieur à 7,60 euros. Des jeunes un peu ou très précaires. Ceux-là mêmes que Frédérique Vidal entend aider, en faisant mieux connaître les aides d'urgence disponibles, trop peu souvent sollicitées.Onze jours après la vague d'indignation, née sur les campus après la tentative de suicide d'un étudiant lyonnais qui ne parvenait plus à vivre dignement, la ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé, ce mardi, la création d'un numéro d'appel qui favoriserait l'information des étudiants précaires. Il n'est en revanche pas question à ce stade d'augmenter encore les 5,7 milliards euros de budget annuel de l'Etat pour les bourses, comme le réclament les syndicats étudiants.«Ils se disent que d'autres sont plus malheureux»« Il faut être pragmatique », argumente Frédérique Vidal, qui souligne que 15 millions d'euros restent chaque année dans les caisses des Crous, faute de candidats. Pourtant, à bien regarder le dernier rapport en date de l'observatoire de la vie étudiante (datant de 2016), les services sociaux universitaires sont loin de satisfaire toutes les demandes : sur les 5,6 % d'étudiants qui sollicitent une aide sociale, seul 3 % voient finalement arriver de l'argent sur leur compte en banque.« Les étudiants ont souvent peur de demander de l'aide, parce qu'ils craignent de se la voir refusée, ce qui est pire que tout, constate David Fleurquin, étudiant et ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer