1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Âge de départ à la retraite, montant des pensions... trois questions sur le régime spécial de la RATP
Le Parisien27/11/2019 à 17:53

Âge de départ à la retraite, montant des pensions... trois questions sur le régime spécial de la RATP

[Edit du 27 novembre] Une infographie présente dans cet article était erronée. Elle a été retirée et sera remplacée.

Ils savent leur statut en danger et comptent bien se battre pour le protéger. Les employés de la RATP ont paralysé les transports parisiens ce vendredi pour protester contre le projet de réforme des retraites, qui vise à créer un système universel. Et donc mettre fin à leur régime spécial.

Alors qu'Edouard Philippe s'étonnait encore jeudi soir des différences existant entre leurs conditions de départs à la retraite et celles d'un chauffeur de bus au Havre ou à Bordeaux, salariés sous le statut du régime général, les syndicats en grève refusent la notion de « privilèges ». Il s'agit selon eux de simples « compensations » face à la pénibilité de leur travail (pollution, horaires décalés, travail le week-end...).

Mais de quels avantages bénéficient exactement les 42 500 agents de la société de transports francilienne ? Et quels coûts cela représente-il pour l'Etat ? Voici quelques chiffres, qui révèlent également la diversité des situations dans l'entreprise.

Quel âge de départ ?

En 2017, l'âge moyen de départ à la retraite était de 55,7 ans à la RATP, contre 59,2 ans dans les hôpitaux ou 63 ans pour le régime général, selon un rapport de la Cour des comptes publié en juillet. Mais au sein de l'entreprise, tous les agents ne partent pas au même âge. Pour les métiers jugés pénibles (travail de nuit, efforts physiques importants, températures extrêmes, pollution souterraine...), des mesures abaissent l'âge d'ouverture des droits.

Par exemple, début 2019, un conducteur pouvait devenir retraité à 50 ans et 8 mois, un agent affecté aux travaux à 55 ans et 8 mois. Un employé administratif, qui ne bénéficie pas de mesures particulières, pouvait lui partir à 60 ans et 8 mois. Pour rappel, dans le privé, c'est 62 ans.

Mais dans les faits, ils ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1639736
    27 novembre20:59

    Chez les conducteurs en particulier, elle se situe entre 3057 et 4125 euros." Soit 75 % de leur dernier salaire.La réalité est encore pire, certains gagnent jusqu'à 35000 euros net par mois grâce aux primes !!!!Presque le salaire d'un pilote d'avion de chez Air France, ou la moitié de celui d'un conseillé dans un ministère, qui doit parfois travaillé jusqu'à 20 heures le soir !!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer