Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Affaire Ghosn: Ouverture d'une information judiciaire en France
information fournie par Reuters19/02/2020 à 18:45

AFFAIRE GHOSN: OUVERTURE D'UNE INFORMATION JUDICIAIRE EN FRANCE

AFFAIRE GHOSN: OUVERTURE D'UNE INFORMATION JUDICIAIRE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) a annoncé mercredi l'ouverture d'une information judiciaire contre X visant entre autres des dépenses événementielles susceptibles d’être d’ordre privé et réglées au détriment du groupe Renault pour plusieurs millions d’euros.

Cette information judiciaire concerne notamment l'utilisation par l'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn du château de Versailles, a précisé une source judiciaire.

"Le 12 février 2020, le procureur de la République de Nanterre a ouvert une information judiciaire contre X pour abus de biens sociaux, abus de biens sociaux aggravés, abus de confiance aggravés, recel de ces infractions, faux et usage, blanchiment aggravé d’abus de biens sociaux et d’abus de confiance aggravés, faits commis entre 2009 et 2020", peut-on lire dans un communiqué du parquet.

"Ces infractions visent d’une part des flux financiers suspects entre la société SAS Renault et un distributeur de véhicules à Oman, la société SBA, et d’autre part, des prestations – dont des dépenses événementielles et des voyages – susceptibles d’être d’ordre privé, réglées par une filiale néerlandaise, RNBV, au détriment du groupe Renault, pour des montants de plusieurs millions d’euros", ajoute le parquet.

"Elles visent également des faits de blanchiment aggravés relatifs à l’utilisation d’une partie du produit des abus de biens sociaux et des abus de confiance aggravés soupçonnés", poursuit le communiqué.

L'ancien patron de Renault-Nissan, qui se trouve actuellement au Liban après avoir fui fin décembre le Japon où il devait être jugé pour des malversations financières, est soupçonné d'avoir en connaissance de cause utilisé les ressources du groupe automobile à des fins privées.

Le caractère institutionnel de deux soirées organisées en mars 2014 et octobre 2016 au château de Versailles en présence de Carlos Ghosn ne fait aucun doute pour les responsables du domaine, qui affirment n'avoir jamais été payés par les "fonds personnels" de l'ancien patron de l'alliance.

"Aucun document communiqué à l’Etablissement public du château de Versailles relatif à l’organisation de ces deux manifestations ne remettait en cause leur caractère institutionnel pour la société Renault", a dit une porte-parole de Versailles à Reuters.

(Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot)

3 commentaires

  • 20 février11:02

    Bientôt ils vont lui reprocher la chute du titre en bourse, la chute des ventes ...