1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Affaire Fiona : Maklouf écope d'un an ferme pour des violences sur ses surveillants
Le Point06/12/2013 à 11:56

Il est apparu dans le box des accusés, derrière une vitre blindée, le visage creusé, une épaisse moustache noire, encadré par deux hommes du GIPN cagoulés. Le beau-père de Fiona, 32 ans, comparaissait jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Moulins (Allier), pour des faits de violences et de menaces de mort commises à l'encontre de neuf surveillants de la prison de Moulins-Yzeure. Là où il a été incarcéré après sa mise en examen pour coups mortels aggravés sur la petite fille de 5 ans."En réalité, ce sont 23 personnes du personnel pénitentiaire qui ont déposé, précise le président du tribunal. Mais certains ne se sont pas portés partie civile". Depuis son incarcération, les incidents se sont multipliés en prison. Agressions à la lame de rasoir, coups de poing, coups de fourchettes ou de poêle. Sans oublier les insultes et les menaces de mort. Son récent transfert à la prison de Villefranche-sur-Saône (Rhône) ne semble pas l'avoir calmé.

On frôle l'incidentPourtant, l'accusé récuse tout en bloc ! Mieux, il inverse les rôles. Il est la victime et les autres ses bourreaux ! Droit dans ses bottes, dans un long monologue et entre deux sanglots, le prisonnier Maklouf vitupère, s'insurge, commente les plaidoiries à voix haute, coupe même la parole au président du tribunal et au procureur général qui tente de garder ses nerfs.

On frôle l'incident lorsqu'il traite les geôliers face à lui de "criminels". "Je ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    06 décembre12:00

    Ce mec, comme bcp d'autres, sont irrécupérables et ne valent même pas une balle chinoise...espérons qu'on le suicidera dans sa cellule ?!!!... :-)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer