Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Affaire du siècle": le rapporteur public reconnait une "carence de l'Etat"
AFP14/01/2021 à 16:32

La rapporteure publique a reconnu jeudi lors de l'audience de l'"Affaire du siècle" devant le tribunal administratif de Paris une "carence de l'Etat" en matière de respect de ses objectifs de lutte contre le changement climatique.

"Il y a bien une faute de l'Etat à n'avoir pas respecté sa trajectoire" de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a déclaré la rapporteure publique, proposant au tribunal de reconnaître la "carence fautive" de l'Etat dans ce qu'elle a qualifié de "premier grand procès climatique en France".

La magistrate, dont les recommandations ne seront pas nécessairement suivies par le tribunal, s'est appuyée sur la décision du Conseil d'Etat de novembre dernier, qui a estimé que la France qui s'est engagée à réduire de 40% ses émissions d'ici 2030 par rapport à 1990, a dépassé les budgets carbone qu'elle s'était fixée.

"Pour ce qui nous intéresse, la méconnaissance du premier budget carbone (2015-2018) suffit à constater une faute de l'Etat", a-t-elle insisté.

"La carence de l'Etat à prendre des mesures pour respecter la trajectoire qu'il s'est fixée contribue à l'aggravation du préjudice en cours", a-t-elle ajouté.

En revanche, elle a estimé que les ONG requérantes -- Notre Affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot et Oxfam France-- n'ont pas réussi à prouver que les objectifs eux-mêmes sont insuffisants. Elle a donc estimé qu'il n'y avait pas de carence de l'Etat concernant la fixation du niveau des objectifs, qui s'inscrivent dans des engagements internationaux et européens.

Comme l'a mis en avant le gouvernement, elle a également noté que la France ne représentait qu'une petite part des émissions mondiales de CO2.

Estimant que la carence de l'Etat "est bien l'une des causes" du dommage dont les ONG demandent réparation, elle a d'autre part proposé d'accorder un euro symbolique pour préjudice moral à trois des requérantes, excluant Notre Affaire à tous, dont l'action est trop récente.

Mais elle a rejeté la demande de réparation du préjudice écologique.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7403983
    14 janvier18:31

    Toutes ces ONG devraient voyager "le dimanche" ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer