Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Affaire du siècle: la "carence" climatique de l'Etat mise en avant à l'audience
AFP14/01/2021 à 17:58

Action de militants écologistes près du Pont Marie à Paris, le 14 janvier 2021, avant l'audience au tribunal du procès intenté à l'Etat par plusieurs ONG ("L'Affaire du siècle") ( AFP / Thomas SAMSON )

Action de militants écologistes près du Pont Marie à Paris, le 14 janvier 2021, avant l'audience au tribunal du procès intenté à l'Etat par plusieurs ONG ("L'Affaire du siècle") ( AFP / Thomas SAMSON )

La rapporteure publique a mis en avant jeudi devant le tribunal administratif de Paris la "faute" de l'Etat, qui n'a pas respecté ses objectifs de lutte contre le changement climatique, un premier espoir pour les millions de soutiens de "L'Affaire du Siècle".

"Il y a bien une faute de l'Etat à n'avoir pas respecté sa trajectoire" de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a déclaré la rapporteure publique, qui a proposé au tribunal de reconnaître la "carence fautive" de l'Etat lors de ce "premier grand procès climatique en France".

La magistrate, dont les recommandations ne seront pas nécessairement suivies par le tribunal, s'est appuyée sur la décision du Conseil d'Etat de novembre dernier. Celui-ci a souligné que la France - qui s'est engagée à réduire de 40% ses émissions d'ici à 2030 par rapport à 1990 - a dépassé les budgets carbone qu'elle s'était fixés.

Deux ans après le lancement de cette procédure hors norme, soutenue par 2,3 millions de citoyens, les quatre ONG requérantes - Notre Affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot et Oxfam France - espèrent une décision "historique" dans les semaines qui viennent.

"Ça mettrait le politique face à ses contradictions écologiques : beaucoup de discours et très peu d'actes", a indiqué avant l'audience Cécilia Rinaudo, coordinatrice de Notre Affaire à tous.

"Les résultats ne sont pas là" -

"Ça fait des années que les gouvernements font de belles paroles pour le climat, que la France se positionne en championne du climat au niveau international et les résultats ne sont toujours pas là", a-t-elle ajouté.

"La condamnation d'un Etat pour inaction climatique serait historique, et pas seulement en France", a insisté de son côté Cécile Duflot, directrice générale d'Oxfam France, en soulignant le parallèle avec l'affaire Urgenda, devenue le modèle de la récente montée en puissance de la justice climatique.

De gauche à droite, les représentants de la Fondation Nicolas Hulot, Célia Gautier, de Greenpeace France, Jean-François Julliard, de "Notre affaire à tous", Marine Denis, et d'Oxfam, Cécile Duflot, en mars 2019 ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

De gauche à droite, les représentants de la Fondation Nicolas Hulot, Célia Gautier, de Greenpeace France, Jean-François Julliard, de "Notre affaire à tous", Marine Denis, et d'Oxfam, Cécile Duflot, en mars 2019 ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

En décembre 2019, la Cour suprême des Pays-Bas avait en effet ordonné au gouvernement néerlandais de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays d'au moins 25% d'ici fin 2020.

La décision du Conseil d'Etat, prise en novembre, encourage les défenseurs du climat en France. Saisi par la commune de Grande-Synthe, il a donné trois mois à l'Etat pour justifier de ses actions en matière de réduction des émissions de CO2.

Citant les rapports alarmants des experts climat de l'ONU (Giec) sur les effets "graves et irréversibles" du réchauffement climatique, la rapporteure publique a estimé jeudi que le préjudice écologique existait bien. Elle a d'ailleurs énuméré les canicules, les ouragans et les autres événements météo extrêmes subis par les Français.

Et "le non respect du calendrier n'est pas neutre, il implique des émissions supplémentaires, qui viennent aggraver le préjudice écologique", a-t-elle insisté.

La magistrate a toufefois rejeté la demande de réparation de ce préjudice écologique, effectuée par les ONG : elle a seulement proposé d'accorder un euro symbolique pour préjudice moral à trois d'entre elles (en excluant Notre Affaire à tous, dont l'action est trop récente).

- "Nous sommes 2,3 millions" - 

De son côté, le gouvernement rejette les accusations d'inaction. Il met notamment en avant la loi énergie-climat de 2019, qui "renforce les objectifs climatiques", en visant la neutralité carbone à l'horizon 2050 et une baisse de 40% de la consommation d'énergies fossiles d'ici à 2030.

Les ONG espèrent aussi qu'une victoire en justice pourrait modifier le rapport de forces politiques, au moment où le projet de loi issu des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, qu'ils estiment largement en-deçà de l'enjeu, sera bientôt présenté en Conseil des ministres.

"On espère un sursaut", a commenté Cécile Duflot. "Notre volonté profonde n'est pas de faire condamner l'Etat, c'est que l'Etat agisse", a assuré l'ancienne ministre à l'AFP.

Et quelle que soit d'ailleurs la décision du tribunal en première instance, puis en appel éventuellement, "il y a un vrai mouvement autour de L'Affaire du siècle, qui ne lâchera pas l'Etat d'une semelle", a promis Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France.

Pour bien rappeler le soutien sans précédent des citoyens ayant signé une pétition une pétition en ligne, une affiche géante a été installée jeudi matin sur le sol des bords de Seine. Elle proclame : "Nous sommes 2,3 millions".

abd/fmp/bma

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    18 janvier10:15

    gendrefr...vous botter en touche comme les médiocres!!!...;-))

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer