1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Affaire Copé : les casseroles de Bygmalion
Le Point28/02/2014 à 19:34

Ce n'est pas la première fois qu'un parfum de scandale entoure Bygmalion. Le Point, dans son édition du 27 février, révèle que la société, fondée en 2008 par deux proches de Jean-François Copé, Bastien Millot et Guy Alves, aurait empoché au moins 8 millions d'euros pendant la campagne de Nicolas Sarkozy via l'une de ses filiales. Mais l'agence de communication a connu plusieurs autres avis de tempête. Beauvais Bastien Millot connaît ses premiers ennuis au début des années 2000. Le jeune Picard, collaborateur de Jean-François Copé à Meaux, devient en 2001 premier adjoint à la mairie de Beauvais que la RPR Caroline Cayeux vient de remporter. Trois ans plus tard, patatras. En octobre 2004, le tribunal correctionnel de la ville le condamne pour détournement de fonds publics dans l'affaire dite du "chauffeur" : il aurait signé à un chauffeur municipal près de 1 500 heures fictives, payées par les contribuables. Bastien Millot fait appel, jure être prêt à aller "jusqu'au bout" pour prouver son innocence. Coup de théâtre le 12 janvier 2005, le jour même où l'affaire revient devant la cour d'appel d'Amiens : l'ancien adjoint se désiste et renonce à l'appel. Preuve que sa région natale n'est pas rancunière : c'est à Bygmalion - la société qu'il a créée en octobre 2008 avec Guy Alves, un autre proche de Copé - qu'a été confié en 2012 le projet de télévision Wéo Picardie. France Télévisions En 2005, Bastien...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlaure13
    28 février19:38

    Il est évidemment que l'association Anticor semble liée au P. S. Mais elle utilise tout et n'importe quoi; le pallier qui détermine une mise en concurrence est de 15000 euros et curieusement, ils s'en prennent à ceux qui sont en dessous du plafond et qui seraient coupables d' éviter le pallier et la mise en concurrence. C'est tout de même le but? Sinon à quoi sert-il de fixer un pallier à ne pas dépasser ? Comme quoi la mauvaise foi n'a pas de limite.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer