1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Affaire Benalla : deux motions de censure, pour quoi faire ?
Le Parisien30/07/2018 à 21:00

Affaire Benalla : deux motions de censure, pour quoi faire ?

La saison politique devait s'achever « en beauté » ! À l'Élysée, par un dernier Conseil des ministres, vendredi. Au Parlement, par le vote -en première lecture- de la réforme constitutionnelle, chère au président Macron. C'était sans compter sur l'affaire Benalla qui a bousculé une partie de ce calendrier. Si à l'Élysée, les rendez-vous seront tenus, avec, en prime, un dîner offert mercredi par le couple présidentiel à l'ensemble des ministres et de leurs conjoints, l'agenda du Palais-Bourbon est beaucoup plus chahuté. Non seulement l'examen du texte sur la révision de la Constitution est reporté à la rentrée, mais la séance de ce mardi -veille de la clôture officielle des travaux du Parlement- restera probablement comme l'une des plus délicates pour la majorité.En effet, dopée par la retentissante polémique Benalla, les oppositions, ont déposé deux motions de censure. La première, à l'initiative des Républicains, la seconde, portée solidairement par les Insoumis, le Parti communiste et les socialistes (ces derniers ne voteront pas la motion de la droite, contrairement aux Insoumis). L'objectif de la droite comme de la gauche : « Mettre en lumière l'incapacité du gouvernement à exercer ses pouvoirs institutionnels. »Sauf coup de théâtre très improbable, les motions ne seront pas approuvées : la majorité écrasante, formée par les 312 députés LREM et les 46 élus MoDem, ôte mathématiquement toute chance aux signataires des deux textes d'atteindre les 289 voix indispensables pour renverser le gouvernement.Les groupes battent le rappel de leurs troupesMême si l'issue du processus est cousue de fil blanc, tous les groupes, y compris la République en marche, ont battu le rappel de leurs troupes durant le week-end. « Nous alertons nos élus par mail à chaque vote solennel et celui de mardi est important », souligne un responsable du groupe LREM. Précaution prise aussi chez Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer