Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Aeroscopia, future vitrine des avions de jadis

Reuters21/07/2012 à 14:36

AEROSCOPIA, FUTUR MUSÉE DE L?AÉRONAUTIQUE, PREND FORME À BLAGNAC

par Jean Décotte

BLAGNAC, Haute-Garonne (Reuters) - Dans un grincement de métal, la porte du Concorde s'ouvre sur la cabine déserte, immobile, comme figée dans le passé, avec une table en formica orange où le président Valéry Giscard d'Estaing avait, dit-on, pris place lors d'un voyage supersonique.

Devant cette même table défileront bientôt les visiteurs, lorsque l'avion franco-britannique, désormais cloué au sol, aura rejoint le hangar d'Aeroscopia, vaste musée de l'aéronautique qui doit ouvrir ses portes fin 2013 à Toulouse.

Le projet, en gestation depuis plus de 20 ans, doit rassembler en un même lieu une quarantaine d'"avions de légende", outre le Concorde: la Caravelle, un des tout premiers avions de ligne à réaction, le Super-Guppy, appareil de transport reconnaissable à son énorme bosse, ou encore l'A300, premier jalon de la riche histoire d'Airbus.

"L'idée, c'est de mettre en valeur les métiers de l'aéronautique à travers l'évolution des techniques", explique Jacques Rocca, directeur du département Héritage d'Airbus, qui a apporté financement et conseil scientifique au futur musée.

"Aeroscopia montrera comment on est passés du bois et de la toile à l'aluminium, et aujourd'hui au carbone, avec également l'évolution de l'électronique, des formes, de la vitesse."

"DÉFRUSTRER" LES TOURISTES

Garé pour le moment au centre de livraison des appareils Airbus, en bordure de l'aéroport de Blagnac, le vieux Concorde se met péniblement en branle et, sous l'action d'un tracteur, prend la direction la zone de peinture.

Sur l'appareil, poncé pour pouvoir faire peau neuve, on devine à demi-effacés les logos de l'Aérospatiale et de British Aerospace. Bientôt, une nouvelle livrée recouvrira le vénérable supersonique, acquis en 1982 par l'Académie de l'air et de l'espace après dix années de vols, notamment au service des présidents de la République.

"Le projet (Aeroscopia) a 20 ans. A l'époque, des membres de l'Académie de l'air et de l'espace souhaitaient anticiper, mettre des avions à l'abri", raconte Jacques Rocca, qui est aussi directeur adjoint des relations médias de l'avionneur européen.

Le musée a enfin pris corps en mai 2009, lorsque la communauté urbaine de Toulouse a validé le projet, pour un budget de 15,3 millions d'euros, dont 3,5 millions apportés par Airbus.

Le site retenu se situe à Blagnac, juste en face de l'usine Jean-Luc Lagardère, chaîne d'assemblage de l'A380, que 130.000 visiteurs découvrent chaque année via un prestataire externe. Et comme ce prestataire a également été choisi pour la concession d'Aeroscopia, Jacques Rocca veut croire à des synergies entre le présent et le passé.

"Les touristes qui visitent les chaînes d'assemblage d'Airbus sont souvent frustrés de ne pas pouvoir visiter l'intérieur des avions. Il s'agit de les défrustrer", explique-t-il.

SYNERGIES

Pour cela, les visiteurs d'Aeroscopia pourront monter à bord du Concorde, du Super-Guppy et d'un A300 spécialement aménagé, avec notamment un tronçon de cabine en verre qui dévoile la structure de l'appareil.

"Ça va permettre de créer des synergies entre la visite d'Airbus et la visite d'Aeroscopia. Et ça donne une certaine garantie en terme de nombres de visites du futur musée", note Jacques Rocca, soulignant qu'il faudra environ 150.000 visiteurs par an pour que ce "parc de découverte aéronautique" atteigne l'équilibre d'exploitation.

La construction du futur dôme de 24 mètres de haut et de 6.500 m2 a débuté il y a un an. En attendant, une grande partie des futurs appareils de la collection patiente à quelques kilomètres de là, où l'association Ailes Anciennes organise des visites.

Il y a là deux Caravelle, un autre Concorde, des avions de chasse Mirage, MIG ou Lockheed, et le fameux Super-Guppy, livrée grise et fuselage bombé. Quelque 35.000 personnes viennent les admirer chaque année.

En mai prochain, ces géants des cieux gagneront leur nouvelle demeure avec un peu d'avance, afin que le chantier puisse se terminer autour d'eux.

A l'inauguration, un belvédère permettra de les admirer d'en haut. Et chacun pourra ensuite monter à bord d'un Concorde ou d'un A300, comme un voyage à travers le temps dans les entrailles de ces voyageurs du ciel.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.