1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ados et porno : l'inquiétante dérive

Le Parisien08/06/2018 à 06:58

Ados et porno : l'inquiétante dérive

« Il n'y a jamais eu autant d'individus si proches d'un danger potentiel. » De quelle épée de Damoclès parle le politologue Dominique Reynié ? Des vidéos X. « Chez les 14-15 ans, 8 % regardent du porno plusieurs fois par jour dont 5 % de filles. Ils font leur apprentissage de la sexualité dans les pires conditions », s'alarme-t-il.Ces résultats proviennent d'une vaste enquête sur les jeunes et les addictions (alcool, tabac, cannabis, écrans...) que nous dévoilons. Parmi ces comportements à risque, le porno, donc. Réalisés par la Fondation pour l'innovation politique, que Dominique Reynié préside, le Fonds actions addictions et la fondation Gabriel-Péri, ces travaux pointent les risques pour les jeunes consommateurs : crises d'anxiété, troubles du sommeil, perte de l'estime de soi, représentation faussée des rapports sexuels... LIRE AUSSI > Ados et porno : les parents se voilent la faceDes habitudes qui peuvent aller jusqu'à l'addiction, c'est-à-dire une consommation qu'on ne peut plus maîtriser.Une consommation effrénéeL'enquête sera remise ce vendredi aux parlementaires alors qu'un plan national de mobilisation contre les addictions est en cours de finalisation. Objectifs ? Que le gouvernement ne rate pas le coche et saisisse l'urgence. Ces experts d'horizon divers le jurent : il ne s'agit pas de jouer les pères la pudeur, de faire paniquer les parents ou culpabiliser les ados qui consultent ces sites ponctuellement.Mais le fait est que des millions de contenus sont aujourd'hui à disposition, de façon permanente, sans restriction d'âge et sans aucune forme de contrôle. Plus grave encore : on assiste à une escalade dans la diffusion de pratiques de plus en plus extrêmes. Ce que confirme Ovidie, actrice X devenue réalisatrice de documentaires, dans son récent ouvrage, « A un clic du pire »*. Elle y dénonce un « Far West », « une pornographie accessible aux enfants qui s'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer