Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Accusés de partialité, Twitter, Google et Facebook dans le collimateur de la justice américaine

AFP06/09/2018 à 08:39

Le patron de Twitter Jack Dorsey (à droite) et la numéro deux de Facebook Sheryl Sandberg sont auditionnés au Congrès américain ( AFP / Jim WATSON )

Après les menaces, l'administration américaine a annoncé mercredi qu'elle allait passer à l'acte en se penchant sur des soupçons de partialité pesant sur les géants internet Twitter, Facebook ou encore Google, accusés par Donald Trump de bâillonner les voix conservatrices.

Le ministre de la Justice Jeff Sessions veut discuter avec plusieurs procureurs fédéraux avant la fin du mois "de l'inquiétude grandissante que ces sociétés puissent mettre à mal la libre concurrence et étouffent intentionnellement les échanges libres des idées sur leurs plateformes", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Il a été diffusé à l'issue d'une audition des dirigeants de Twitter et Facebook par une commission sénatoriale pour évoquer les campagnes d'ingérences politiques étrangères sur les réseaux sociaux.

Le président américain avait récemment mis en garde les géants de la Silicon Valley contre ce qu'il estime être un manque d'impartialité. Il accuse notamment Google de truquer les résultats de son moteur de recherche au profit des médias "de gauche" et, logiquement, au détriment des conservateurs.

Le géant de la recherche en ligne avait alors démenti avec véhémence, assurant ne rechercher que la qualité et la pertinence de la recherche.

"Twitter n'utilise pas l'idéologie politique pour prendre ses décisions, qu'elles soient liées au classement du contenu de notre service ou à la façon dont nous appliquons notre règlement", a affirmé pour sa part le patron de Twitter Jack Dorsey dans une déclaration préparée et diffusée avant son audition au Sénat, où il était entendu avec la numéro deux de Facebook Sheryl Sandberg.

Les contenus supprimés par Facebook ( AFP / Thomas SAINT-CRICQ )

Jack Dorsey a ensuite été de nouveau interrogé pendant plusieurs heures, seul cette fois, par une commission de la Chambre des Représentants, en particulier sur les accusations de partialité venues du camp républicain.

"Censurez-vous les voix conservatrices?", lui a demandé le représentant démocrate (Pennsylvanie) Mike Doyle. "Non", a répondu le fondateur de Twitter.

- "Conneries" -

Comme d'autres élus démocrates, Mike Doyle a profité de cette audition pour balayer ces accusations, les qualifiant même "de ramassis de conneries".

Plusieurs ont aussi souligné "l'hypocrisie" de ces accusations alors que Donald Trump utilise lui-même abondamment Twitter pour s'exprimer.

Le patron de Twitter Jack Dorsey est entendu devant la commission du Renseignement du Sénat américain le 5 septembre 2018 ( AFP / Jim WATSON )

Devant les sénateurs, Jack Dorsey et Sheryl Sandberg ont une nouvelle fois admis avoir tardé à combattre les manipulations sur les réseaux sociaux, notamment lors de la présidentielle américaine de 2016, affirmant toutefois être mieux armés pour les prochaines échéances, en particulier les législatives américaines de novembre.

Pourtant lui aussi convié, Google n'a pas participé à cette audition.

La Russie --qui dément catégoriquement-- est soupçonnée d'ingérence dans l'élection de Donald Trump, notamment en piratant les ordinateurs du parti démocrate, en menant une campagne anti-Hillary Clinton sur les réseaux sociaux ou encore en distillant des messages idéologiquement clivants sur les réseaux sociaux pour jeter de l'huile sur le feu dans la société américaine (racisme, immigration, avortement...).

M. Dorsey a admis que Twitter était "pas préparé et mal équipé face à l'immensité des problèmes" découverts en 2016, citant "les abus, le harcèlement, les armées de trolls et la propagande des bots (comptes automatiques)".

- Intégrité des élections -

"Nous ne sommes pas fiers de la façon dont des échanges libres et ouverts ont été utilisés comme armes pour détourner l'attention de la population et la diviser", a-t-il précisé.

Mme Sandberg a également reconnu que le premier réseau social au monde avait été "trop lent" pour repérer ces campagnes de désinformation et les combattre.

Twitter a fait des efforts pour protéger une "place publique saine" malgré les menaces toujours présentes, a continué M. Dorsey.

"Nous avons appris de 2016, et récemment d'élections dans d'autres pays, comment protéger l'intégrité de nos élections", a-t-il assuré.

En avril, le patron de Facebook Mark Zuckerberg avait présenté ses excuses aux parlementaires pour les failles de sécurité du réseau social, après le scandale Cambridge Analytica.

Facebook avait été largement critiqué pour n'avoir pas su identifier les manipulations politiques et a depuis développé des outils pour tenter de mieux les repérer.

Dans une déclaration écrite, le juriste en chef de Google, Kent Walker, a promis que le moteur de recherche continuerait à combattre les ingérences étrangères, notamment par "une plus grande transparence dans les publicités électorales".

La question est d'autant plus prégnante que les autorités américaines ont mis en garde contre de nouvelles tentatives de manipulation lors des législatives de novembre.

Selon le centre de recherche Pew, 43% des sondés estimaient en juin que les principales sociétés technologiques soutiennent les opinions progressistes plutôt que conservatrices, et 72% pensaient que les réseaux sociaux censurent les opinions politiques qu'elles désapprouvent.

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • faites_c
    06 septembre18:56

    A ce qu'on voit, la justice est aussi impartiale aux US qu'elle l'est en France et Jean de la Fontaine avait raison d'écrire "Selon que vous serez puissant ou misérable,..."

    Signaler un abus

  • M152518
    06 septembre11:39

    @padalmag : La police de la pensée.

    Signaler un abus

  • padamalg
    06 septembre09:31

    Très bien, tout ça, mais qui va décider qu'une nouvelle est une "fake news" ou non ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.