Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Accord entre Rome, Paris et Madrid sur le budget de la PAC

Reuters16/10/2012 à 21:50

FRANCE, ITALIE ET ESPAGNE D'ACCORD SUR LE BUDGET DE LA PAC APRÈS 2013

par Sybille de La Hamaide

ROME (Reuters) - La France, l'Italie et l'Espagne sont convenues mardi de maintenir la stabilité du budget de la Politique agricole commune (PAC) après 2013 lors des négociations sur le cadre financier pluriannuel de l'Union européenne.

Les ministres de l'Agriculture des trois pays se rencontraient en marge d'une conférence sur la sécurité alimentaire organisée à Rome par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

La semaine dernière, la France et l'Allemagne s'étaient déjà entendues sur ce sujet.

La Commission européenne a proposé de geler les dépenses liées à la PAC pour la période 2014-2020 à leur niveau nominal de 2013, mais cette proposition doit encore être entérinée par les ministres des Finances puis les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE.

"Il y a maintenant une base commune sur laquelle on va pouvoir travailler avec la Commission européenne", a déclaré le ministre français, Stéphane Le Foll.

Son homologue italien, Mario Catania, a évoqué la "convergence significative entre l'Italie, la France et l'Espagne sur la totalité des principales questions, par dessus tout sur la défense du budget agricole de l'UE qui est le point principal".

Le budget annuel de la PAC, à 55 milliards d'euros, compte pour 40% environ du budget total de l'Union européenne.

D'après Stéphane Le Foll, l'accord conclu avec Rome et Madrid recouvre à 85% celui obtenu avec Berlin. Parmi les 15% restants, le refus des Italiens de maintenir les quotas européens de production de sucre d'ici 2020.

"Je crois qu'ils mangent du sucre aussi, mais ils n'en produisent pas beaucoup donc ils ne sont pas directement intéressés par la prolongation de ce qu'on appelle l'OCM sucre (organisation commune des marchés-NDLR) jusqu'en 2020, ce qui a été la position que nous avons prise avec les Espagnols et avec les Allemands", a-t-il dit.

La Commission a proposé d'arrêter à compter de 2015 le système de quotas de production de sucre et de prix garantis pour les betteraves sucrières.

IMPASSE SUR LE PROGRAMME D'AIDE AUX DÉMUNIS

L'autre changement majeur concerne le Programme européen d'aide aux plus démunis (PEAD), un mécanisme d'aide alimentaire financé par l'UE et créé en 1987 pour distribuer aux populations pauvres de la communauté européenne une partie des surplus agricoles européens.

La France, l'Italie et l'Espagne le soutiennent. Pas l'Allemagne, qui estime que ce programme, qui représenterait 3,5 milliards d'euros sur sept ans, relève de la politique sociale et n'a rien à voir avec les compétences de l'UE.

En avril 2011, la Cour européenne de justice lui a donné raison mais plusieurs pays, dont la France, ont obtenu une extension temporaire. Pour Berlin, le mécanisme doit disparaître en 2014.

La suppression du PEAD serait un préjudice pour les associations caritatives, a redit Stéphane Le Foll, notant que ce programme européen représentait 30 à 40% d'une association comme Les Restos du Coeur ou des banques alimentaires.

"Donc il faut qu'on repense tout ça. On ne peut pas laisser tomber les associations caritatives et les banques alimentaires, tous ceux qui participent à l'accès à l'alimentation", a-t-il dit.

avec Catherine Horny, Henri-Pierre André pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.