Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Accord à Berlin sur une ligne de démarcation en Ukraine

Reuters22/01/2015 à 03:27

(Actualisé tout du long) par Sabine Siebold et Stephen Brown BERLIN, 21 janvier (Reuters) - La réunion à quatre (Ukraine, Russie, Allemagne et France), qui s'est tenue mercredi soir à Berlin, a permis d'enregistrer des progrès dans la crise ukrainienne avec la conclusion d'un accord sur l'établissement de zones de sécurité entre séparatistes et troupes gouvernementales dans la région du Donbass. "Il y a finalement eu un accord conclu aujourd'hui prévoyant que la ligne de démarcation, mentionnée dans le protocole de Minsk, sera la ligne à partir de laquelle devra commencer dès maintenant le retrait des armes lourdes", a annoncé le ministre allemand des Affaires étrangères. "Beaucoup dépendra de savoir si la question sur laquelle nous nous sommes mis d'accord n'est pas seulement valable sur le papier mais se traduit par un changement de la situation sur le terrain", a ajouté Frank-Walter Steinmeier. Dans un communiqué conjoint diffusé par le ministère allemand, les chefs de la diplomatie des quatre pays font part de leurs "graves inquiétudes" face à la vive escalade des combats dans l'est de l'Ukraine responsables de nombreuses pertes humaines dont des civils. Les ministres estiment toutefois que des progrès tangibles ont été accomplis sur la mise en oeuvre du protocole en 12 points conclu à Minsk le 5 septembre et dont les dispositions n'ont jamais été respectées depuis quatre mois. Les ministres appellent toutes les parties à respecter ce protocole et notamment à organiser le retrait des armes lourdes dans la zone d'affrontement comme cela avait été prévu lors de la rencontre dans la capitale biélorusse. Un sommet ne pourra pas avoir lieu, jugent-ils, tant qu'une trêve ne sera pas respectée par les deux camps afin de permettre l'acheminement d'une aide humanitaire et de procéder à des échanges de prisonniers. Les ministres réaffirment également leur soutien au groupe de contact sur l'Ukraine et appellent à une rencontre dans les prochains jours entre les signataires du protocole. Ils demandent enfin la création d'un groupe de travail pour évaluer la mise en oeuvre des différentes dispositions contenues dans le protocole. "PLAN D'OCCUPATION" Face à la surenchère des deux camps, la chancelière Angela Merkel avait expliqué qu'un des objectifs de la réunion était de reprogrammer un sommet à quatre à Astana, la capitale du Kazakhstan, après le report sine die de celui qui était programmé la semaine dernière, en raison de la recrudescence des combats. "Nous ne voulons pas d'une autre réunion entre présidents qui n'apporte aucun résultat", a dit la chancelière lors d'une conférence de presse à Berlin avec le président de l'Azerbaïdjan Ilham Alyev. "J'espère donc que nous pourrons mettre quelques structures en place aujourd'hui. Je n'en suis pas sûre, je ne veux pas avoir trop d'attentes. Il est clair que le cessez-le-feu (dans l'est de l'Ukraine) est de plus en plus fragile", a-t-elle ajouté. La situation s'est à nouveau fortement détériorée ces derniers jours dans l'est de l'Ukraine, où les rebelles pro-russes ont intensifié leurs attaques et où Kiev a dit vouloir renforcer son dispositif militaire pour répondre à ce qu'il présente comme une ingérence croissante de Moscou. Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé mercredi devant le forum de Davos la présence de 9.000 soldats russes sur le territoire ukrainien. ID:nL6N0V03YX La situation en Ukraine faisait aussi mercredi soir l'objet d'une réunion des 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies. Réagissant aux dernières propositions du président russe Vladimir Poutine pour mettre fin au conflit, notamment en gelant les positions sur le terrain, l'ambassadrice américaine aux Nations unies a dénoncé de son côté un "plan d'occupation russe". "Ce plan vise à légitimer les gains territoriaux obtenus par les séparatistes en septembre ainsi que la présence de soldats et de matériel militaire russe sur le territoire ukrainien", a déclaré Samantha Power pendant la réunion. "Faisons tomber le voile et appelons le plan de paix de Poutine pour ce qu'il est: un plan d'occupation russe", a-t-elle dit. (avec Louis Charbonneau aux Nations unies; Guy Kerivel, Tangi Salaün et Pierre Sérisier pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.