Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Accompagnement personnalisé contre le chômage de longue durée

Reuters09/02/2015 à 19:27

VINGT MESURES POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE DE LONGUE DURÉE

PARIS (Reuters) - Le ministre du Travail, François Rebsamen, a présenté lundi un plan de lutte contre le chômage de longue durée en 20 mesures, qui font une large place à la formation et à un accompagnement personnalisé renforcé des demandeurs d'emploi concernés.

Une partie de ces mesures font déjà l'objet de dispositions budgétaires ou d'accords avec des organismes comme Pôle Emploi.

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité ou avec une activité réduite et inscrits depuis plus d'un an a augmenté de 9,7% en 2014, pour atteindre 2.254.600 en France métropolitaine.

"Si rien ne change, d'ici quelques mois, près d'un chômeur sur deux sera un chômeur de longue durée", souligne le ministère du Travail dans un document de présentation du plan.

L'Etat consacrera en 2015 3,2 milliards d'euros aux emplois aidés, soit plus de 445.000 contrats. Mais le recours à ce type de contrats se révèle très insuffisant.

Les principaux facteurs du chômage de longue durée sont l'âge, le niveau de qualification, les problèmes de mobilité, de logement, de santé et de garde d'enfant.

C'est à eux que le gouvernement veut notamment s'attaquer en renforçant leur détection par un "entretien de situation" deux à quatre semaines après l'inscription au chômage.

La convention entre l'Etat, l'assurance chômage (Unedic) et Pôle emploi pour 2015-2018 prévoit déjà un doublement du nombre de chômeurs en "accompagnement intensif", qui passera de 230.000 à 460.000 d'ici 2017 (350.000 dès fin 2015).

CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION

Le gouvernement se fixe ainsi pour but de trouver dans les six mois suivant l'inscription au chômage une solution pour que tout chômeur puisse faire garder ses enfants le temps d'un entretien d'embauche, d'une formation ou d'une période d'essai.

La garantie loyer, qui remplacera la garantie des risques locatifs, sera étendue aux demandeurs d'emploi au moment où ils retrouvent un travail, quelle que soit la nature du contrat.

Des solutions d'hébergement pour les chômeurs de longue durée ayant des problèmes de logement seront mises en place sur tout le territoire, précise aussi le ministère.

Le gouvernement compte par ailleurs sur la mise en oeuvre du nouveau compte personnel de formation (CPF), fruit d'un accord des partenaires sociaux sur la réforme de la formation continue.

Tout demandeur d'emploi ayant un projet éligible au CPF bénéficiera d'une formation qualifiante gratuite. Son compte sera alimenté à hauteur de 100 heures de formation dans le cadre d'une enveloppe de 222 millions d'euros pour 2015. Pôle Emploi et les régions complèteront ce financement.

Un contrat de professionnalisation "nouvelle carrière" sera mis en place pour les chômeurs ayant déjà une longue expérience professionnelle mais besoin d'adapter leurs compétences.

Un contrat de professionnalisation "nouvelle chance" sera également mis en place pour les chômeurs les plus éloignés de l'emploi, qui ont besoin d'une première phase d'acquisition de compétences et d'une insertion progressive.

La durée maximale du contrat de professionnalisation - qui peut ouvrir droit à une exonération de cotisations sociales patronales - pourra, dans ce cas, être portée à 24 mois au lieu de 12.

Une prestation de "suivi dans l'emploi" jusqu'à la fin de la période d'essai sera mise en place pour rassurer les employeurs prêt à recruter des chômeurs particulièrement "éloignés du marché du travail" et connaissant des difficultés d'insertion.

Le gouvernement s'efforce de mobiliser par ce plan l'ensemble des acteurs concernés par l'emploi et l'insertion, y compris le monde associatif et les collectivités locales.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.