1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Absentéisme : «La faute revient surtout à l'organisation du travail»
Le Parisien22/11/2018 à 07:36

Absentéisme : «La faute revient surtout à l'organisation du travail»

Coauteur de l'étude de l'Institut Sapiens qui révèle le coût faramineux de l'absentéisme pour l'économie française, Laurent Cappelletti insiste sur l'importance du « management de proximité » - c'est-à-dire le dialogue régulier entre encadrants et salariés - pour faire reculer ce phénomène dans les entreprises.La France fait figure de mauvais élève en matière d'absentéisme. Pourquoi ?LAURENT CAPPELLETTI. De plus en plus de salariés ressentent un manque de sens et de considération dans leur milieu professionnel, ce qui peut les amener à « sous-travailler ». En d'autres termes, ils multiplient les pauses, discutent avec leurs collègues, finissent par travailler moins du quart de la durée de travail légale hebdomadaire. Par ailleurs, dans de nombreuses entreprises, la rémunération n'est pas assez stimulante pour motiver les gens. Enfin, et surtout, c'est la faute de l'organisation du travail qui, en France, est dépersonnalisée et reste très imprégnée de culture procédurale.Pourquoi les absences sont-elles plus nombreuses dans le secteur public ?C'est l'organisation du travail qui est en jeu. Les chiffres démontrent que 75 % de l'absentéisme se produit dans le secteur public et notamment dans les mairies, les départements ou les régions. Les situations varient d'une collectivité à l'autre, mais, en résumé, les postes y sont trop rigides, la bureaucratie parfois lourde. Par ailleurs, aucun dispositif ne permet de récompenser ceux qui s'investissent le plus dans leur travail.Peut-on venir à bout de cet absentéisme ?Tout à fait. Tout se joue, selon moi, sur le management de proximité. Quelle que soit l'entreprise, il est important que se noue entre les encadrants et les salariés un dialogue régulier où doivent être abordés des sujets clés pour le bon épanouissement de chacun au travail. En clair, on doit pouvoir parler de tout : à la fois des conditions de travail, du salaire, de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer