Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Washington, Parly presse les USA d'appuyer la force du "G5 Sahel"

Reuters20/10/2017 à 20:18

A WASHINGTON, PARLY PRESSE LES USA D'APPUYER LA FORCE DU "G5 SAHEL"

WASHINGTON (Reuters) - Florence Parly a pressé vendredi les Etats-Unis de s'investir au côté de la force du "G5 Sahel" dans la lutte antiterroriste en Afrique, soulignant que Paris n'avait pas l'intention de devenir "la garde prétorienne" de la bande sahélo-saharienne.

Déterminé à rompre avec sa surexposition militaire au Sahel, Paris s'active sur deux fronts avec l'objectif d'un désengagement à long terme des 4.000 hommes de l'opération Barkhane : le front sécuritaire avec la mise sur les rails de la force du "G5 Sahel" (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger, Tchad) et le versant politique avec l'application des accords de paix et de réconciliation d'Alger de 2015 au Mali.

En déplacement à Washington, où elle a rencontré le secrétaire d'Etat à la Défense James Mattis, la ministre française des Armées a plaidé sans détour pour un appui américain, alors que Donald Trump a pris ses distances avec l'Onu et est confronté à une controverse sur la mort de quatre soldats américains dans une embuscade au Niger le 4 octobre.

Faisant valoir "une amitié du coeur et de l'esprit" entre les deux pays, elle a assuré que la France resterait "un allié sérieux, capable et engagé". Non sans réciproque.

En Afrique, a-t-elle expliqué lors d'une intervention en anglais au Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS), "les groupes terroristes armés sont sous pression."

"Mais il faut faire beaucoup plus. Nous ne pouvons et ne voulons pas être la garde prétorienne de pays africains souverains. Il faut les rendre capables de vaincre le terrorisme par eux-mêmes. C'est la vocation de la force du G5 Sahel", a déclaré Florence Parly.

UN BUDGET QUI RESTE À BOUCLER

"Elle va entamer ses premières opérations bientôt. Elle a besoin de soutien. L'Onu veut apporter son appui. J'espère que chacun sera convaincu de la nécessité d'un solide appui de l'Onu. Je serais heureuse que vous passiez le message dans les bureaux de Washington", a-t-elle lancé en usant de l'expression "Beltway", une métaphore américaine qui désigne le gouvernement fédéral.

La force du G5 Sahel, dont le coût est évalué à 423 millions d'euros, comptera à terme 5.000 hommes. Les premières opérations devraient être lancées fin octobre, selon une source diplomatique française.

La France souhaiterait que la coalition armée, dont les pays participants pourront exercer un droit de suite de 50 kilomètres au-delà de leurs frontières, soit pleinement opérationnelle en mars-avril 2018.

Seul le quart du budget a pour l'heure été réuni, selon l'Onu, mais la France estime que la mise en oeuvre sans délai de la "capacité initiale" de la force aura un effet d'entraînement.

L'Union européenne s'est d'ores et déjà engagée à débloquer 50 millions d'euros, la France huit millions d'euros d'ici à la fin de l'année. Une conférence des donateurs est prévue en décembre.

La force conjointe n'est pas sous mandat de l'Onu en raison notamment des réticences américaines quant aux obligations financières qu'aurait impliquées un tel cadre juridique.

"L'essentiel, c'est que les Etats-Unis soutiennent la force, que ce soit par des canaux bilatéraux ou multilatéraux", souligne-t-on de source diplomatique française.

Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre, a insisté Florence Parly, car "si nous ne faisons pas de progrès, ce sont les terroristes qui en feront".

(Sophie Louet avec Bureau de Washington)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.