1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

A Troyes, le FN devra mobiliser les abstentionnistes
Le Parisien13/12/2014 à 14:28

A Troyes, le FN devra mobiliser les abstentionnistes

Vendredi pluvieux à Troyes. Au marché couvert, l'heure est aux discussions sur l'élection de dimanche. Les Aubois vont voter pour remplacer François Baroin, l'ex-député UMP devenu sénateur. En lice pour ce second tour, l'UMP Gérard Menuel, arrivé en tête avec 40,76 % des suffrages devant le candidat FN, Bruno Subtil (27,64 %), qui s'est hissé au second tour en augmentant de près de 10 points le score obtenu par son parti dans cette circonscription lors du premier tour des législatives en juin 2012. Laissant loin derrière, avec moins de 15 %, le Parti socialiste.

Si la victoire semble acquise à la droite, le seul suspense réside dans la capacité du FN à mobiliser chez les abstentionnistes (75 % au premier tour) pour augmenter son score demain. « Mon canton n'était pas concerné, mais je n'étais même pas au courant qu'il y avait eu une élection dimanche dernier. C'est en regardant TF 1 hier soir (NDLR : jeudi) que je l'ai découvert », relève Christophe, responsable d'un étal de fruits et légumes. Un peu plus loin, dans ce bar de quartier, l'heure est à la déception. « Tout le monde est désolé de l'abstention. Mais il faut dire que la politique n'est pas la préoccupation des gens. Maintenant que le FN a ses chances, ça fait parler mais je ne suis pas sûre que ça incitera les électeurs à s'exprimer dimanche », remarque Sophie Maupetit, cogérante du commerce.

Quant à la présence du FN au second tour, Marie-France Prunier, elle, n'en voulait pas : « On sait à quoi ça peut mener... Les années 1930, c'était il n'y a pas si longtemps », rappelle-t-elle. Pour autant, elle le reconnaît : « Les gens sont dégoûtés, lassés, ils en ont ras le bol. »

A quelques mètres, le rideau de fer de la permanence du PS est baissé. On ne s'active plus dans les locaux, mais le mot d'ordre du candidat socialiste a circulé. Invoquant la nécessité d'un front républicain, Olivier Girardin a appelé ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer