Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À Strasbourg, un musée privé dédiabolise le culte vaudou

RelaxNews20/01/2014 à 12:44

French businessman Marc Arbogast presents a poster with the name of a voodoo "explainer" as he poses among statuettes of his African voodoo art collection AFP PHOTO/FREDERICK FLORIN

(AFP) - Largement méconnu en Europe et souvent auréolé de fantasmes, le culte vaudou se dévoile à Strasbourg dans l'étonnant musée d'un homme d'affaires à la retraite, à la tête de l'une des plus grandes collections mondiales dans ce domaine.

"Attention, vous ne verrez pas ici de poupées piquées d'aiguilles", prévient Marc Arbogast, qui amasse depuis 50 ans des objets vaudous africains.

L'ancien PDG des brasseries Fischer et Adelshoffen a acquis puis rénové un ancien château d'eau à l'abandon, dont les cuves servaient autrefois de réservoir pour alimenter les locomotives à vapeur de la gare de Strasbourg, non loin de là.

Construit en 1883 et classé monument historique, l'édifice de style néo-médiéval abrite désormais sur trois niveaux quelques 300 pièces sur les 1.060 que compte l'ensemble de la collection, principalement originaire du Togo, du Bénin et du Ghana.

D'étages en étages se succèdent d'innombrables fétiches bochio (bénéfiques ou maléfiques) destinés à obtenir la réalisation d'un voeu, des représentations des dieux du panthéon vaudou, une collection d'autels portatifs des ancêtres (ou asen), ainsi qu'une riche collection de costumes Egungun dans lesquels dansent les revenants.

Né dans l'ancien royaume du Dahomey, qui se situait au sud de l'actuel Bénin, le culte vaudou s'est propagé avec la traite des esclaves jusqu'aux Caraïbes (désigné alors sous l'orthographe "vaudou") en Louisiane ("voodoo") et au Brésil (candomblé). A la fois religion et art de vivre fortement liées au respect des ancêtres, le vaudou est aujourd'hui pratiqué quotidiennement par des centaines de millions de personnes dans le monde.

Ossements animaux ou humains, bois, ficelles, clous ou encore tissus, le tout recouvert d'une couche de matières sacrificielles: de nombreuses pièces "dignes de l'art contemporain", et autant de "rébus qu'il faut décoder", estime le collectionneur.

"On peut faire une archéologie de l'ensemble de ces objets. Pourquoi ils ont fait ça? A quoi ça sert? Comment on s'en sert? Ce décryptage est tout simplement passionnant. Dans les autres religions, c'est assez maigre", juge Marc Arbogast, lui-même "adepte d'aucune religion".

Pouvoirs surnaturels

"Je ne vous dirai pas lesquels mais certains ont des pouvoirs encore actifs", ajoute mi-sérieux, mi amusé ce septuagénaire, qui a financé le musée sur ses fonds propres, sans aide de la ville ni de la région, à hauteur de 2,35 millions d'euros.

L'ancien PDG a associé à sa démarche deux spécialistes: Nanette Snoep, conservatrice au musée du Quai Branly, qui a sélectionné les oeuvres exposées, et Bernard Muller, chercheur en anthropologie à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), chargé de la programmation scientifique et culturelle du musée.

La passion de cet héritier de brasseurs pour l'Afrique de l'Ouest est le fruit d'un long cheminement, se plaît-t-il à raconter.

Sa mère était proche du Docteur Albert Schweitzer, ce médecin humanitaire alsacien qui installa un hôpital au Gabon et qui reçut le prix Nobel de la paix en 1952. Son père était champion de natation et a côtoyé le célèbre nageur Johnny Weissmuller qui a ensuite incarné Tarzan au cinéma: "Petit, il me racontait des aventures fabuleuses" autour de Tarzan. "Depuis, je n'ai eu qu'une envie: aller en Afrique".

À 21 ans, le jeune homme part chasser en Afrique et commence à récupérer ses objets d'art primitifs africains "sur des tas d'ordures" des villages parce que les "Pères blancs obligeaient les Africains à les jeter". Poursuivant son imposante collection, il rachète en 2007 plus de 350 pièces à l'anthropologue et journaliste Jean-Jacques Mandel.

Actuellement ouvert uniquement sur réservation en début de semaine et au grand public toute la journée le vendredi et le samedi, le musée espère obtenir des subventions pour pouvoir proposer des parcours pédagogiques pour les enfants mais aussi thématiques autour de la danse, de la cuisine et de la pharmacopée vaudou.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.