1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Saint-Ouen, expulsion surprise de l'association artistique Mains d'Œuvres
Le Monde09/10/2019 à 12:30

Le préfet de Seine-Saint-Denis a tranché en faveur du maire de la ville sur le sort du lieu de résidence et de diffusion culturelle.

« Quand on a vu passer une vingtaine de camions de police, vers 8 h 30, on ne s'est pas doutés que c'était pour nous ! » Juliette Bompoint, la directrice de Mains d'Œuvres, raconte le choc matinal, mardi 8 octobre, d'assister à la pose de plaques de fer devant les entrées de ce pilier de la vie culturelle de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), expulsée par surprise juste avant son ouverture quotidienne.

L'association, qui occupe une place centrale à Saint-Ouen, à la fois pépinière et lieu de diffusion artistique pluridisciplinaire, était en conflit avec la mairie depuis l'élection de William Delannoy (UDI), en particulier au sujet du bâtiment industriel de 4 000 m2 où l'association est installée depuis 2001. « On savait que ça allait arriver, mais pas maintenant. On pensait qu'une solution allait être trouvée calmement, avec bien sûr l'espoir de pouvoir rester sur place », témoigne Jeanne Frank, photojournaliste et résidente.

La mairie a publié un communiqué dans la foulée de l'intervention policière pour préciser que le bâtiment municipal était « occupé sans droit ni titre par l'association depuis le 31 décembre 2017 » alors que « la ville devait lancer les travaux d'un nouveau conservatoire municipal moderne ». Le texte rappelle également que l'association a tenté de faire renouveler le bail devant la justice, mais que, par un jugement rendu le 2 juillet, elle « a été déboutée et condamnée à quitter les lieux ». Il ne mentionne pas, cependant, que la cour d'appel a été saisie, et que, face à l'urgence, Mains d'Œuvres s'est tournée vers le juge de l'exécution du TGI de Bobigny pour demander l'octroi d'un délai avant l'expulsion, juge qui doit trancher le 3 décembre.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer