1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À Saint-Étienne, les éboueurs menacent l'Euro
Le Point07/06/2016 à 15:51

À trois jours du coup d'envoi de l'Euro 2016, c'est la panique à Saint-Étienne. La patrie des Verts, qui accueille quatre rencontres du championnat d'Europe, misait sur l'événement pour montrer son meilleur visage. Elle craint aujourd'hui que cette vitrine ouverte sur le monde n'ait l'effet contraire. Depuis plus d'une semaine, la ville se trouve en effet embourbée dans une grève des éboueurs qui ne semble pas vouloir prendre fin. Une ville hôte avec des poubelles qui débordent et dégagent une odeur pestilentielle, on a effectivement vu mieux pour redorer son image. D'autant que l'entassement des ordures dans les rues ralentit, dans la dernière ligne droite, l'installation des équipements prévus pour la compétition. « Je n'exclus pas de prendre la décision de renoncer à la Fan Zone », confie le maire LR de la ville, Gaël Perdiau, « pour l'instant, les bonnes conditions d'accueil ne sont pas réunies ».

Pour éviter d'en arriver là, le maire stéphanois joue sur tous les fronts. Celui de la négociation, avec la CGT, seul syndicat gréviste, avec lequel les discussions ne sont pas franchement cordiales. Au centre du conflit, la loi travail, mais aussi un différend sur la gestion du comité d'activité sociale et culturelle des agents municipaux.

Bras de fer musclé

Exaspéré par ce qu'il considère comme une véritable « prise d'otages » organisée à la veille de l'Euro, Gaël Perdriau n'a pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7166371
    07 juin18:27

    profession très bien payée car ayant une mauvaise image ,et ne demandant plus de force physique particulière, pratiquement tout est sur roulettes et/ou automatisé, une caste de "prolétaires" plutôt privilégiée...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer